• [Actu/coup de gueule] "Ca va, c'est pas la Corée du Nord non plus"

    Les personnes qui vivent en France et qui suivent l'actualité auront eu du mal à manquer les diverses réformes inquiétantes qui ont précédé puis accompagné la pandémie du covid19: recul des libertés, traçage, fichage, modifications plus ou moins subtiles des règles déjà bien écornées d'une démocratie mal respectée...

    (Ceci n'est pas une critique du confinement, qui était un mal nécessaire pour éviter la saturation du système médical. Il est question de tout le contexte autour)

     

     

    Et forcément, dans ce contexte, il y a pas mal de gens qui s'inquiètent assez légitimement d'un glissement vers les paramètres de la dictature.

    Mais dès que ces personnes expriment cette crainte publiquement, elles se voient moquées et ramenée au silence d'un "ça va, c'est pas la Corée du nord non plus" ou

    "Si tu peux prétendre être en dictature, c'est que tu ne l'es pas"

    Ce à quoi j'opposerai cette citation d'Huxley

    La dictature parfaite serait une dictature qui aurait les apparences de la démocratie, une prison sans murs dont les prisonniers ne songeraient pas à s'évader. Un système d'esclavage où, grâce à la consommation et au divertissement, les esclaves auraient l'amour de leur servitude ...

    Il n'y a pas de raisons que toutes les dictatures ressemblent forcément à la Corée du Nord.

    Mais ce qui risque de nous tomber dessus, ce n'est pas la dictature d'Huxley, mais bien une version "classique", et ce n'est pas quand on tombe de la falaise qu'il faut commencer à se dire que finalement, c'était dangereux d'accepter de jouer à colin-maillard dessus. Une dictature n'apparaît pas en 24h, c'est généralement un système qui s'installe en sous-main, par petites touches plus ou moins subtiles. Une réduction de la liberté de presse par-ci, une petite loi de contrôle de la population par-là (bonus de points si cette loi visait au départ un objectif qui n'avait rien à voir), un peu de népotisme pour s'assurer d'avoir toujours une majorité de soutiens derrière soi, une répression de la contestation déguisée en maintient de l'ordre et présentée comme telle, une centralisation des pouvoirs vers le haut, si possible aux mains d'une seule personne ou d'une minorité de personnes préalablement choisies, un affaiblissement ou une suppression des contre-pouvoirs, etc.

    On pourra m'accuser d'être complotiste, ce qui relèverait tout de même d'une sacrée ironie dans la mesure où j'essaie d'être de ces personnes les plus rationnelles possibles. Honnêtement, j'aimerais que ce soit le cas, que ce ne soit qu'une simple extrapolation fantaisiste de ma part, liée à un excès de paranoïa. J'adorerais que mes craintes soient infondées, j'espère qu'elles le sont. Je n'ai aucune théorie sur tel ou tel lobby qui agirait pour telle ou telle raison, je ne fais que constater l'actualité et la comparer aux précédents historiques, car si l'Histoire nous apprend quelque chose, c'est que les régimes comme celui de la Corée du Nord sont le résultat de tout un processus antérieur qui n'est PAS ENCORE de l'ordre de la dictature, et que le moment propice pour tout arrêter, c'est précisément pendant ce processus. Quand la dictature est installée, et que vous ne pouvez effectivement plus la nommer, c'est trop tard. On en prend pour quelques décennies de lutte ou de résignation et quelques dizaines de milliers de morts pour seulement essayer d'en sortir. Ne vouloir considérer les dangers d'une potentielle dictature que le jour où elle se déclare concrètement revient à ne vouloir nommer un cancer que lorsqu'il commence à faire des métastases.

    Il ne faudra pas pleurer qu'on ne savait pas et qu'on n'avait rien vu venir si ça finit par nous tomber dessus. Les premiers indicateurs sont là. Est-ce qu'ils aboutiront obligatoirement à la dictature? Évidemment que non, il n'y a aucune prédiction formelle tant les paramètres peuvent changer d'une année, d'un mois, d'une semaine à l'autre. Mais les paramètres sont là, de plus en plus nombreux, rehaussant les risques statistiques de l'arrivée d'un régime totalitaire. Peut-être est-il temps d'arrêter d'appréhender l'avenir de manière court-termiste en se réjouissant que la catastrophe écologique, économique ou sociale ne nous soit pas encore tombée dessus aujourd'hui, pour faire en sorte qu'aucun de ces cataclysmes n'arrive. Parce que le déni, le refus de voir ou de s'en mêler sont les meilleurs chances de voir s'installer le pire.

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :