• [Actualité/débat/réflexion] Végétarisme, le mouton à cinq pattes

    Le végétarisme, s'il n'est pas nouveau est un phénomène qui étonne manifestement toujours autant... et qui ne reçoit pas toujours un très bon accueil.

    Sur un article Science et Avenir, la question de sa salubrité était évoquée en trois points qui concluaient en "oui, il est tout à fait possible d'avoir un régime végétarien équilibré", comprendre que ce mode d'alimentation est tout à fait viable.

    Partant de là, on pouvait se dire avec un peu d'optimisme "tiens c'est chouette, voilà un article sérieux qui présente plutôt bien le végétarisme, il va peut-être faire tomber quelques idées reçues"...

    ... Si vous voulez en rester convaincus, ne lisez pas la suite...

    Les commentaires FB correspondant à l'article avaient tout des tranchées de Verdun, avec d'un côté les végé', et de l'autre, les stéréotypes...

    Bon, étant moi-même végé et afin de rétablir un peu la balance, je n'étais (et ne suis toujours) pas d'accord avec l'argumentaire de beaucoup visant à culpabiliser les omnivores. Comme dit dans ma note à propos des Vegan, ce n'est pas de cette manière que l'on convainc! Au mieux, ça agace et ça donne des envies de rejet.

    Quitte à défendre la ligne de conduite végétarienne, apportons-y des arguments positifs: l'impact environnemental/santé tout bénef', le gain économique, le gain physiologique etc... Parce que parler du massacre des abattoirs et le comparer aux génocides humains, même si c'est très vrai, c'est aussi énervant pour les omnivores que le "cri de la carotte" pour nous, et c'est généralement l'angle duquel partent les disputes...

    Personnellement, je sais qu'on me traite de lâche pour ça, mais je ne cherche à convaincre personne. Le choix du végétarisme doit se faire du désir même de la personne qui y souscrit, il doit être issu d'une réflexion/conviction sincère. Sans quoi ça donne des résultats un peu hypocrites...

    Mais ce n'est pas de cela dont il sera question dans cette note, plutôt de la catégorie "cri de la carotte" avec le plaidoyer d'un jeune homme qui a cru innover, jugez plutôt:

    [Actualité/débat/réflexion] Végétarisme, le mouton à cinq pattes

    [Actualité/débat/réflexion] Végétarisme, le mouton à cinq pattes

    [Actualité/débat/réflexion] Végétarisme, le mouton à cinq pattes

    [Actualité/débat/réflexion] Végétarisme, le mouton à cinq pattes

    [Actualité/débat/réflexion] Végétarisme, le mouton à cinq pattes

    Pour vous résumer la pensée du jeune homme (qui ne dit pas que des bêtises): les plantes sont capables à un certain degré de conscience (c'est vrai même si c'est encore nébuleux) donc le postulat "être végétarien=abolir la souffrance est faux". Admettons. Donc "ça ne sert à rien d'être végétarien, dans quelques temps ils redeviendront tous omnivores"...

    Et c'est là que ce monsieur s'égare et se lance dans un raisonnement plutôt clientéliste et assez déplaisant qui se résume à "de toutes façons comme on ne peut pas empêcher la souffrance, on n'a qu'à s'en foutre et manger ce qu'on veut". Sauf que non.

    Autant le début du raisonnement n'était pas mal et amenait sur une problématique intéressante, autant la fin est biaisée: on sait à l'heure actuelle que la souffrance animale est bien plus prononcée que la souffrance végétale dans l'agro-industrie (d'autant qu'on sur-produit côté viande, qu'une grande proportion des animaux abattus ne finiront jamais dans une assiette et que les animaux, il faut les nourrir... avec des plantes! Du coup côté souffrance, on fait deux fois plus de ravages.)

    La conclusion de sa réflexion laisse rêveur: "vous ne pouvez pas empêcher la souffrance, donc pourquoi vous prendre la tête! Tiens, je t'ai fais un steak!"

    On peut l'expliquer aussi avec l'équation suivante:

    Consommation végétale=souffrance présumée (infos manquantes)

    Consommation animale= souffrance avérée

    Souffrance présumée + Souffrance avérée= souffrance de toute façon, donc pour ne pas faire de jaloux, on fait souffrir tout le monde.

    Et le pire, c'est que quand on lui expliquait que même si on ne peut pas empêcher, on peut LIMITER, monsieur se mettait en colère, invoquant le spécisme pour dire que c'est pas juste qu'on fasse plus souffrir une espèce que les autres (et que c'est teeellement plus logique de toutes les faire souffrir! Ah ben ouais vu que de toutes façons l'alimentation sous-tend la souffrance, pas de chouchous! On bouffe tout le monde!)

    Un "cri de la carotte" comme on en voit rarement.

    Pour note, la souffrance végétale n'est pas encore décryptée, on ignore si elle est systématique à tous les végétaux, mais on sait à l'heure actuelle que contrairement aux animaux, ils ne possèdent pas de terminaisons nerveuses. Cracher sur le végétarisme en partant sur cette base de réflexion est donc relativement hypocrite.

    Par ailleurs, tous les végétariens n'ont pas forcément cette seule motivation: d'autres défendront un impact écologique puisque la production massive de viande est extrêmement polluante et gourmande en ressources. Ceux-là ne s'arrêteront pas le jour où on démontrera la sensibilité des végétaux (si tant est qu'elle dépasse ce que l'on en connaît déjà, à savoir quelques vagues réactions au stress)

    Ce qui me dérange dans l'histoire, c'est la réaction péremptoire du monsieur qui s'affirme comme disposant de la SEULE réponse possible: "nous sommes au sommet de la chaîne alimentaire, donc osef, on consomme de tout, comme on veut quand on veut. Et surtout ON EMMERDE CEUX QUI NE VEULENT PAS FAIRE COMME NOUS."

    Si c'est votre point de vu très cher, qui suis-je pour vous empêcher de vivre comme vous le voulez! Je ne partage ni votre avis ni vos conclusions, mais ça n'engage que vous!

    Par contre, quelle est votre légitimité à condamner l'ensemble du végétarisme (qui ne vous concerne pas personnellement) au motif que VOUS, dans VOTRE raisonnement, ça ne VOUS convient pas?

    Où est la logique de dire que dans la vie, c'est obligatoirement "tout ou rien", que vu qu'on ne peut pas abolir la souffrance, il faut l'imposer à tous les règnes végétaux/animaux, et que tout le monde doit faire comme ça?

    Parce que chez moi, c'est un discours absurde. A ce compte-là, on devrait encourager l'esclavage (pourquoi se contenter finalement d'ouvriers payés vu qu'on ne peut jamais les satisfaire, ces ingrats? Autant aller au bout de l'abus!) la violence (pourquoi s'arrêter à une dispute quand on a une envie folle de frapper l'autre en face? Pourquoi afficher une retenue quelconque franchement?) etc...

    On sait que la perfection est impossible à atteindre, dans ce cas pourquoi se fouler à essayer de bien faire les choses?

    On sait que la Justice est un idéal duquel on ne peut que tenter de s'approcher, comme on ne l'atteindra jamais, on y renonce purement et simplement?

    On sait que la Vérité est composée d'une multitude de points de vues subjectifs, comme aucun être humain ne risque logiquement de pouvoir y prétendre, on s'en fout, on s’assoit dessus et on fait/dit n'importe quoi?

    On sait que la démocratie au sens premier du terme est un idéal dont on ne peut que s'inspirer, doit-on la rejeter purement et simplement parce qu'elle est inatteignable?

    Un monde sans retenue, sans nuance, sans compromis serait un véritable enfer.

    C'est ça que vous ne comprenez pas. On peut faire des compromis aux problèmes pour les atténuer/pour se rapprocher d'un idéal. Nier cette possibilité en disant "c'est stupide", c'est faire l'apologie d'une forme de violence, d'une absence de contrôle, de l"abandon de toute retenue. C'est ça qui m'a le plus gênée dans votre discours parce que le principe n'est pas seulement mesquin, il est dangereux. Pourquoi le limiter à la question alimentaire après tout...?

    Vous qui m'avez accusée de bêtise, je vous invite à réfléchir à tout cela afin que votre appréciation personnelle de mes facultés mentales ne puisse pas vous être également reprochée.

    Comprendra qui voudra (ou pas)

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :