• Bibliothèque

     

    Bibliothèque

  • Royo Louve
    Pour beaucoup de monde, le Fantastique a pris son envol pour ne pas dire sa création avec l'illustre J.R.R Tolkien et son extraordinaire univers, mais la Fantaisie fait partie intégrante de notre histoire culturelle et littéraire. Certains intellectuels conformistes, conservateurs et étriqués s'empresseraient de crier au sacrilège, qu'on ne touche pas aux classiques mais c'est surtout à eux que j'ai envie de souligner cet étrange paradoxe. On ne reconnaît actuellement la Fantaisie que comme un sous-genre, un art mineur dans l'art d'écrire, parfois même une solution de facilité, alors que pour entrer dans un univers onirique, une grande imagination est de mise.
    Les premières épopées mythiques datent de l'antiquité gréco-latine où les héros de Troie, les Argonautes et autres fables tenaient une place importante dans la culture.
    Bien que je n'ai pas eu le plaisir de lire tout les classiques donnés à ma portée je ne pourrais que dresser une liste approximative et non chronologique de ceux qui m'apparaissent comme Fantastiques.
    Voltaire et ses contes philosophiques, telles que Candide, La Vénus D'Illes de Mérimée, La Morte Amoureuse de Théophile Gauthier, ... Et en cherchant chacun en trouverait d'insoupçonnés...

    Si le Fantastique est mal perçu de certains professeurs poussiéreux accrochés à leurs classicisme, c'est parce qu'il ouvre la porte à un monde irrationnel, imprévisible où la logique ne fait pas loi. C'est en quelque sorte la Quatrième Dimension de l'esprit, un monde entre le monde conscience et inconscient où tout est permis, mais paradoxalement difficile à maîtriser. Car le discours si souvent tenu par les "puristes" de littérature, qu'ils soient ou non auteurs, est qu'il est facile de créer une bonne histoire fantastique. Mais une recette n'est pas nécessairement simple si l'on en possède tout les ingrédients... Encore faut-il savoir quand comment et dans quelle propotions les utiliser.
    Ecrire de la Fantaisie n'est pas réservé à d'anciens rôlistes qui parlent des aventures Donjons et Dragons de leurs personnages. Sorti des clichés, il existe des possibilités infinies.

    Le réalisme peut même contre toute attente être plus facile d'accès à l'écriture, car il ne demande pas de quitter les sentiers battus du quotidien.
    Aujourd'hui, le Fantastique commence enfin à être reconnu comme un style d'écriture , sans toutefois être accepté comme un genre à part entière de la littérature. Pourtant, de nombreux auteurs actuellement en plein essor, ou même déjà connus défendent fièrement leurs couleurs, tel que Bernard Simonet,  Jean Louis Fetjaine et j'en passe...
    L'écriture est par excellence un plaisir. Un auteur donne une part de lui-même en ce qu'il dédie à ses lecteurs. L'essentiel n'est donc pas de décrocher un prix mais de mettre tout son coeur dans une histoire.
    Et peut-être qu'un jour  les dinosaures qui font la pluie et le beau temps dans le classement des livres accepteront ce style dans leurs accadémies...
     
     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • La Légende de Drizzt

    (Livres/ Comics)

    Drizzt

    Romans de R.A Salvatore, à la base publiés en livres de poche aux éditions Fleuve Noir, (première édition dans les années 80), la saga de Drizzt regroupe plusieurs trilogies dans les chroniques des Royaumes Oubliés avec:

    • La Trilogie de l'Elfe noir
    • La Trilogie du Val bise
    • La Trilogie du retour au sources
    • La séquence path of darkness
    • La Trilogie des lames du chasseur
    • (transition) le roi Orque
    • La Trilogie Mercenaire

    Drizzt Eclat de cristal

    Drizzt est né drow; Elfe noir de la maison Daermon N'a' Shezbaernon ou  Do'Urden à Menzoberranzan, la plus grande cité drow d'Ombre-terre, le monde souterrain. Comme tout les elfes, les drows ont des acuités extraordinaires à la magie et aux réflexes, au maniement des armes. Mais leur caractéristique principale est leur incomparable cruauté. Obéïssant à la déesse-araignée Lolth, leur vies se basent sur tuer pour grimper les échelons sociaux et ne pas être tués.

    Mais Drizzt a la chance et le malheur d'être différent. Sensible, pur, innocent, il pose un regard choqué sur ses pairs et utilise son esprit pour ne pas utiliser ses armes afin de survivre. Mais lorsque cela devient intolérable, l'elfe noir quitte Ombre-terre pour le monde de la surface. La surface où sa race est haïe, où la simple couleur de sa peau peut être un allé simple pour la mort... Mais un monde où Drizzt apprend à vivre libre et en écho avec ses idéaux.
    Sa première amie dérobée à
    Menzoberranzan est Gwenwyvar, une panthère noire d'essence magique qu'il invoque du plan Astral. Elle l'accompagne sans faillir dans toute ses aventures et lui sauve la vie d'innombrables fois. Elle le sauve également de la folie lorsque la solitude de l'exil l'assaille.

    La différence de nature de Drizzt s'explique par celle de son géniteur, Zaknafein, seul drow à lui témoigner un peu d'amour, concept banni dans leur société. Sa soeur Vierna est la deuxième à lui prêter un regard neutre voir compatissant.

    A la surface, Drizzt se fait de nouveaux amis, un rôdeur nommé Montolio qui le protège et lui enseigne son art, puis dans l'Epine Dorsale du monde, le nain Bruenor Battlehammer, sa fille adoptive et humaine, Catti-brie, Régis l'halfelin et Wulfgar, le jeune barbare du clan de l'Elan... Avec eux, il vivra ses plus extraordinaires aventures...

    Le simple parcours de Drizzt est houleux et sombre, à l'image de ses origines. S'il connait la solitude et le désespoir, sa philosophie le sauve. L'auteur travaille soigneusement la psychologie de ses personnages et fait de Drizzt un héros tourmenté et solitaire mais mû d'espoir, en quête de justice et de jours meilleurs. Il ressemble par bien des aspects aux elfes de la surface, par sa délicatesse, son empathie et son abnégation. Loin d'être un héros stéréotypé, il mérite par ses nombreux efforts l'admiration qu'il sucite. Il excerce la fonction de rôdeur, justicier en adéquation avec son environnement. Son symbole est la licorne.

    Drizzt hunter


    Les livres de R.A Salvatore ont connus un tel succès dans leur pays et à l'étranger qu'ils ont été réédités récemments avec des compléments de textes sous le nom de "La légende de Drizzt".
    L'an dernier, une adaptation BD/Comics a donné vie en images aux premiers pas de l'elfe noir.
    Pour les fans, c'est une consécration de voir le succès de cette série, qui ne se veut pas seulement Fantastique mais également un parcours de vie et de sagesse.

    Sont sortis en Comics à ce jour:

    • Terre Natale
    • Terre D'exil
    • Terre D'accueil
    • L'Eclat de Cristal
    • Les torrents d'Argent

    Le style des tout premiers (deux premiers opus) est relativement fidèle aux descriptions du "papa" de Drizzt: beau, précis, fin, gracieux, sombre. Mais sous l'évolution de la plume du dessinateur, le personnage perd rapidement de sa prestance et prend un vilain "coup de vieux". Une dynamique d'image trop rapide propre aux comics qui gâche un peu les descriptions soignées et les personnages typés de Salvatore. Excepté ce bémol, la série est très fidèle aux romans et mets en images des plus grandes aventures de l'elfe noir!

    Drizzt rain

      Les caractéristiques immuables de Drizzt sont:

    • Son regard violet quasiment unique pour son espèce.
    • Une capacité de combattant ambidextre: il se bat toujours avec deux cimeterres.
    • Sa compagne féline Gwenwyvar la panthère.
    • Sa petite taille (1m65 pour 65 kilos) et son côté félin au niveau de la souplesse et de la vélocité.
    • Le symbole de la Licorne, animal qui  a touché son âme lors de son arrivée à la surface.

    Clin d'oeil: Drizzt apparaît dans plusieurs jeux des Forgotten Realms (Royaumes oubliés) notamment Baldur's Gate I , II Dark Alliance et dans Menzoberranzan...
    Son alignement officiel en jeu de rôle est Chaotique Bon


    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    1 commentaire
  • Les cinq pétales de l'Athélia

    Un charmant conte d'Alain Larchier pour petits et grands que je peux présenter en avant-première pour bien connaître l'auteur! hé hé hé...

    Public: de 10 à 90 ans! (à simplifier pour les plus jeunes)

    Dans un pays paisible nommé Engladine vit le petit peuple des Erwans, de gentils petits êtres qui se satisfont de l'air du temps, de la douceur des journées et qui aiment leur quiétude plus que tout. Ils vivent sous la protection de l'Athélia, un arbre magique couronné par une fleur, une seule et unique fleur aux pouvoirs protecteurs et bianfaisants...

    Mais tant de beauté et de bonheur ne plaît pas à tout le monde et un triste jour, les cinq pétale de la fleur d'Athélia sont enlevés à leur arbre. Surviennent alors tempêtes, dévatastions tristesse et désarroi chez les Erwans. Cinq d'entre eux sont alors désignés pour entreprendre le périlleux voyage qui leur permettra de récupérer leur précieuse fleur pétale après pétale...

    Une belle fable poétique pleine de douceur, d'humour, de tendresse, entrecoupée de chansons (le conte devait à la base être musical) et des magnifiques illustrations de Patrick Larme. Un format hybride entre le conte traditionnel et la bande dessinée.

    Un récit d'aventures, un voyage onirique entre Willow et le Seigneur des Anneaux dans un univers adapté aux petits comme aux grands, une épopée que l'on se plaira à vivre et revivre avec ses personnages!

    Bientôt disponible chez Decitre, Amazon et la Fnac!

    plus d'infos ici!

    Athélia

    Séance de dédicaces du 18 Décembre 2010 à L'Arbresle

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Depuis toujours, j'aime de passion la grammaire, toutes les grammaires, toutes les grilles et tous les codes enfouis sous la poussière du temps.

    Mais c'est la colère qui m'a poussé à écrire. Une colère de papa : je ne comprenais plus les questions posées en classe de français à mes enfants. Un jargon inconnu de moi leur était tombé sur la tête, comme par exemple la " focalisation omnisciente ". Pourquoi ces complications inutiles ? Les enfants de sixième ou de cinquième ne doivent pas être des linguistes ! Ils doivent seulement savoir lire et écrire. Et aussi apprendre à savourer la langue, à y trouver des surprises, des ravissements.

    Je vous invite donc à suivre Jeanne, Thomas et tous mes personnages dans leur promenade.

    http://www.erik-orsenna.com/

    A travers ce livre, conte tout doux pour grands enfants, monsieur Orsenna nous promène dans le monde merveileux des mots qui, dans son imaginaire revêt l'apparence d'une île. Un clin d'oeil, un hommage à Henri Salvadore avec le titre et le personnage du gentil Henri qui recueille Jeanne et Thomas à leur arrivée sur l'île des Mots. A travers l'histoire de ces deux enfants naufragés dans l'onirique, les subtilités du français prennent la douceur du miel et s'imprègnent de tendresse, touchant le lecteur en plein coeur. Hardi qui dormait au fond de la classe près du chauffage ou du poêle à charbon pendant que l'instituteur nous enseignaient avec monotonie des règles rébarbatives! Ce récit pourrait en réconcilier plus d'un avec nos bonnes vieilles règles! La grammaire est une chanson douce est un roman philosophique pour aider les grands comme les moins grands à mieux comprendre la valeur de nos petits mots!

    Après l'impact plutôt positif de ce livre sur le lectorat adulte, un deuxième volet nous est offert ma monsieur Orsenna: Les Chevaliers du Subjonctif!

    Les jeunes héros de La grammaire est une chanson douce ont grandi: Jeanne est une adolescente rêveuse qui s’intéresse aux mystères de l’amour, Thomas cherche la clef d’un nouveau monde. Mais l’archipel des Mots est toujours sous la dictature du président Nécrole et la police traque les opposants.
    Un jour, Thomas disparaît et Jeanne est arrêtée. Sauvée par le cartographe officiel de l’île, elle part avec lui dans un audacieux voyage en planeur à la recherche de son frère. Après avoir survolé les îles de l’Impératif et du Conditionnel, ils atterrissent sur l’île des Subjonctifs, les ennemis de Nécrole.
    Accueillie par un jeune homme roux passionné de liberté, Jeanne va découvrir chez ces joyeux contestataires le pouvoir de l’imagination. Dans l’usine où elle retrouve son frère, les ingénieurs découpent la mer, miroir de nos rêves. Elle comprendra que l’amour – qui va frapper la redoutable inspectrice, Mme Jargonos – est aussi une variété du subjonctif, le mode du rêve et du désir…

    Extrait
    « – Qui êtes-vous ? je veux dire : qui êtes-vous, les Subjonctifs ? Des malades ? Des dangereux ? Ce que je ne comprends pas, c’est pourquoi le dictateur Nécrole vous déteste tant, pourquoi il veut lancer l’assaut contre vous.
    – Je te l’ai expliqué : le subjonctif est l’univers du possible.
    – Et alors ?
    – Réfléchis un peu, Jeanne. Qu’est-ce que le possible ?
    – Quelque chose qu’on pourrait faire…
    – Mais qu’on n’a pas fait. Pas encore fait. Pas voulu faire. Réclamer le possible, tout le possible, c’est critiquer le réel, le monde tel qu’il est, la pauvreté, les injustices. Et donc critiquer les politiques qui veulent que rien ne change : ils se satisfont très bien du monde tel qu’il est.
    – Le subjonctif est un mode révolutionnaire, c’est ça ?
    – On peut le dire.
    – Maintenant, je comprends mieux pourquoi on peut avoir peur de vous. C’est vrai que vous dérangez. Je voudrais adhérer.
    – Pardon ?
    – Adhérer à votre club.
    – Il ne s’agit pas d’un club, Jeanne. Nous formons une chevalerie. »

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Bibliothèque

     

    12 ans et +

     Dans un monde archaïque et violent qui rejette les faibles, et malmène les enfants, Kira, née avec une jambe malformée ne doit sa survie qu'à son don exceptionnel pour la broderie. Après le décès de sa mère, meilleure brodeuse du village, le Conseil des Seigneurs l'a c hoisit pour restaurer et achever la fabuleuse Robe Du Conteur sur laquelle est in scrite toute l'histoire de son peuple. Mais il lui faudra auparavant, avec l'aide du petit Matt, résoudre d'inquiétantes et sombres énigmes pour trouver la couleur qui lui permettra d'inventer l'avenir...

    Un roman à la fois sombre et poétique, contrasté entre la laideur du passé, la misère du présent et l'espoir de l'avenir. Le courage de l'héroïne déjouera les nombreuses épreuves qui se dresseront devant elle et comme mis en parallèle avec son travail de broderie, l'histoire se déroule comme une tapisserie, fil après fil, avec subtilité et le souci du détail.

    *

    **


    Ce roman a une valeur et un sens très particulier pour la grande gamine que je suis parce qu'il m'a été recommandé et prêté par une personne que je n'oublierai jamais. Et qu'en le lisant, je suis un peu entrée dans son univers que je soupçonne aussi sombre que celui du monde décrit par Lois Lowry. Peut-être n'a t-elle pas encore trouvé le fil bleu, le fil de l'espoir...

    *

    **

    Lois Lowry: Lois Lowry fait partie des cinq seuls auteurs à avoir reçu deux fois la prestigieuse médaille Newbery, qui récompense chaque année le meilleur livre pour enfants américain. Elle a reçu cette distinction pour Compte les étoiles en 1990 puis pour Le Passeur en 1994.Toujours dans un monde extravagant mais aussi comme dans le passeur sans guerre, sans malheur, sans pauvreté, sans chomage trace, peut-être, des séquels qu'aurait laissé son père sur cette écrivaine.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Les livres de Torey Hayden

    Je voulais traiter des livres de l'enseignante et pédo-psychologue Torey Hayden, mais en regardant de près je n'ai pas pu en trouver un meilleur que les autres. Témoignages poignants de ses expériences avec des enfants meurtris, souvent victimes de traumatismes lourds, comme "l'enfant qui ne parlait pas", agressifs et potentiellement dangereux "Kevin le révolté", des petites victimes devenant parfois petits tyrans "L'enfant qui ne pleurait pas", on plonge avec l'auteur dans ses souvenirs parfois beaux, souvent touchants, quelquefois terribles mais toujours gratifiants lorsqu'ils concluent à une fin heureuse. Torey Hayden admet n'avoir pas connu que des victoires, mais ses pages sont pleine d'espoir envers un public qui l'a bien souvent perdu. Une très belle expérience de vie et une initiation au domaine social. Bien que ces volument ne soient pas une promenade de santé, ils restent globalement positifs.


    Bibliothèque

     

    Site officiel de Torey L Hayden

    Torey Lynn Hayden est née le 21 mai 1951 dans le Montana. Elle est pédopsychologue et écrivaine. Tour à tour enseignante spécialisée auprès d'enfants en grande difficulté psychologique, assistante à l'université, coordinatrice de recherche et consultante pour le traitement des enfants victimes de sévices, elle s'est spécialisée dans le domaine du mutisme sélectif. Elle a été, dans les années soixante-dix, une pionnière dans l'étude de ce phénomène psychiatrique peu étudié à l'époque. Elle a réalisé ce travail de recherche principalement à l'université du Minnesota à Minneapolis, pour en présenter les conclusions lors de la conférence nationale de l’American Academy of Child and Adolescent Psychiatry en 1978.

    Elle s'est rendue célèbre par le récit autobigraphique One child (L'enfant qui ne pleurait pas), paru en 1982, dans lequel elle raconte le sauvetage de Sheila, une enfant "sauvage", murée dans le silence. Abandonnée par sa mère, élevée par un père alcoolique, victime de violences et d'abus sexuels, Sheila se révèle une enfant surdouée, d'une grande intelligence et d'une sensibilité à fleur de peau. Cet ouvrage a été traduit en 28 langues et sera suivi de The Tiger's child (La fille du tigre), paru en 1995, qui relate les retrouvailles mouvementées de Torey Hayden et Sheila, 7 ans plus tard, lorsque l'auteure souhaite obtenir l'autorisation de son ancienne élève pour la publication de One Child.

    Torey Hayden a publié d'autres récits de son travail auprès d'enfants gravement perturbés, faisant revivre à ses lecteurs son expérience de pédopsychologue, impliquée personnellement dans ces "sauvetages" d'enfants souvent considérés comme "perdus" par le système éducatif.

    Le Docteur Michael Marlowe, de l’Appalachian State University à Boone aux Etats-Unis, a entrepris d’importantes recherches sur l’utilisation possible des livres de Torey Hayden dans la formation des enseignants confrontés à des enfants présentant des besoins particuliers.

    Elle a une fille, Sheena née en 1985.

    Bibliographie 

    1.  L'enfant qui ne pleurait pas 1980
    2. 1981 Les enfants des autres 1981
    3. Kevin le révolté 1983
    4. La forêt de tournesols 1984
    5. L'enfant qui ne parlait pas 1991
    6. La fille du Tigre 1995
    7. L'enfant au chat, 1998
    8. L'enfant blessée2003
    9. The Very Worst Thing, 2003
    10. Les enfants du crépuscule, 2005
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique