• [Blablabla]Achat en ligne et loi de Murphy

    Allez, un peu de blablabla, ça faisait longtemps!

    Si vous aussi il vous arrive d'acheter en ligne, vous avez peut-être connu cette situation où le vendeur a bien géré sa part de la transaction et le service livraison... beaucoup moins!

    [Blablabla]Achat en ligne et loi de Murphy

    A cause de Pierre Rabhi dont le dernier livre n'est pour l'heure disponible qu'en E-book, voilà que j'ai sauté le pas, moi la réfractaire au livre électronique qui l'avait même démonté dans un article antérieur! On peut voir ça comme un problème de cohérence envers soi-même, mais il y a eu un mélange de recherche de gain de place -ceux qui me connaissent visualisent très bien le jeu de Tétris de mes bibliothèques, et savent qu'il y a encore autant de livres en dépôt chez mes parents en attente d'hébergement- et d'économie (c'est fourbe mais le format Ebook est souvent beaucoup plus abordable que le format classique)

    Alors qu'on se le dise, je ne renie absolument pas mon amour pour le livre papier! Il reste mon chouchou, celui que je m'offre quand l'histoire me subjugue, celui que je traîne partout en mode "doudou" quand il fait parti de mes références (ô toi mon Empire Ultime de Sanderson qui a si bien vécu et tes 900 pages dans mon sac à main, on en a fait du chemin tous les deux!)

    [Blablabla]Achat en ligne et loi de Murphy

    Mais voilà, j'ai souscris au compromis "liseuse" en me disant que c'est une facilité pour pouvoir ingérer ENCORE PLUS de bouquins!

    [Blablabla]Achat en ligne et loi de Murphy

    Jusque là, tout va à peu près bien. Les finances de Janvier ne sont pas brillantes mais sur Fnac Marketplace je trouve mon bonheur pour un prix tout à fait correct et je cède à ma petite folie ponctuelle! (même en étant décroissant, il faut savoir une fois de temps en temps s'offrir un peu de superflu).

    La commande passée, je commence à repérer les bouquins que je veux lire et me faire des listes à n'en plus finir! Le vendeur, un type sérieux me donne un numéro de suivi DHL de mon produit.

    Qui ne bouge pas pendant une semaine.

    La première excitation retombe un peu mais je guette tous les jours sur le site de livraison. ENFIN, mon produit commence à avancer doucement vers moi. Jour après jour je suis sa progression en m'imaginant déjà revisiter mes classiques ou en découvrir d'autres.

    Et un matin, le 11 février, le site DHL m'affiche un message pas sympa du tout: "informations sur l'adresse nécessaires, contacter DHL". Ni une ni deux, je cherche leur numéro de téléphone, référence en main, compose, appelle (perds une oreille avec le volume sonore de leur musique d'accueil), galère avec leur standard avant d'arriver à joindre un être humain. Je me rappelle encore très bien de la première conseillère qui s'appelait Diane et qui a été adorable. Elle m'a fait savoir -allez savoir pourquoi- que mon colis avait été remit à un autre transporteur, Mory Ducros, m'indiquant le nouveau numéro de suivi, les numéros de téléphone des deux agences de ma région et me souhaitant bonne réception.

    A partir de là, on approche la Maison qui rend fou des douze travaux d'Astérix.

    Pleine de bonne volonté, je compose un numéro qui sonnera à jamais dans le vide à chacune de mes tentatives. Frustrée, je me rabats sur le second, qui, après le standard conventionnel à choix multiples me faisait systématiquement le même coup avec sa bande enregistrée qui annonait d'une voix morne façon dépressif chronique "Tous nos téléconseillers sont actuellement indisponibles, veuillez laisser un message ou renouveler votre appel". J'ai laissé en 15 jours une dizaine de messages, avec coordonnées et références à l"appui, les priant, les suppliant, négociant voir m'énervant pour être recontactée, racontant à chaque fois mon histoire et ma position, sans jamais avoir un être humain en ligne. Le nombre de rappel a été encore plus important, malgré la rapide intégration qu'il n'y avait PAS de téléconseillers pour répondre, quelque soit le jour ou l'heure d'appel.

    Et là, tic, tac, le temps échu au paiement du vendeur approche. Ennuyée, je le contacte, lui explique toute l'histoire, m'excuse, lui fait savoir que je suis bien embêtée de cette situation. Chance dans l'aventure, le vendeur est ADORABLE, il prend note de chaque détail, tente de son côté de faire reprendre le colis par DHL après avoir échoué aussi lamentablement que moi à joindre Mory Ducros. On allie nos efforts mais ça ne suffit pas. A deux jours du versement automatique, il m'écrit de nouveau qu'il me renvoie un autre produit, cette fois par le biais de DHL express (donc sans risque de correspondance avec un autre service), s'excuse de la gêne et m'assure que je recevrai mon produit dans les plus brefs délais.

    Ce que j'ai retenu de l'histoire: le professionnalisme de mon vendeur, OdysseyShop que je ne saurais que trop recommander du coup, l'incompréhension de la logique de DHL (mais POURQUOI ont-ils confiés le bébé à quelqu'un d'autre?) et l'idée que je vais éviter Mory Ducros autant que possible à l'avenir!

     

    ****

    ET j'édite parce que l'aventure a une suite et qu'elle n'est pas moins folklorique!

    Comme par un mauvais hasard, à peine avais-je posté cet article sur mon blog que j'ai reçu un coup de téléphone de l'entreprise Mory Ducros! Ô joie, un être vivant au bout du fil! Presque un mois après une bonne quarantaine de vaines tentatives à les joindre, je n'y croyais plus!

    Et le plus naturellement du monde, mon interlocutrice qui ne semblait pas se formaliser du fait que mon colis soit resté plus de trois semaines en dépôt chez eux m'explique qu'un livreur passera chez moi demain dans une fourchette allant de 9h à 16h (comme dirait Gad Elmaleh, "là ce n'est plus une fourchette madame, c'est un râteau..." Un sketch qui fleure bon le vécu). Déconcertée et un peu prise de court, j'acquiesce et elle raccroche. Et là, mon cerveau se remet à fonctionner correctement: le vendeur m'a renvoyé un deuxième produit en me priant de refuser le premier si par miracle on venait à me le livrer... Je rappelle en catastrophe: personne. Grumph! Ah non non non, maintenant que je sais que vous êtes là, quelque part à l'autre bout du fil, ne comptez pas vous en tirer comme ça! Je fais le siège de leur standard et finis par ravoir mon interlocutrice à qui je brefouille (si si ça existe, c'est le mélange de bredouillage et de bafouille) mon histoire en disant que du coup, il faut renvoyer le colis à mon expéditeur.

    Cette bonne chose de faite, je cherche à savoir où se trouve le second envoi et demande à mon aimable vendeur -qui doit franchement commencer à me détester à force- s'il peut me transmettre un numéro de suivi, que je sache quand m'attendre à la visite du livreur. Comme c'est un dialogue par MP interposés, c'est long et je stresse, ayant beaucoup de travail cette semaine en matinée. J'appelle donc DHL, leur explique qu'ils ont un colis pour moi et que je souhaiterai savoir quand il devrait m'être livré.

    Mon aimable interlocutrice, la Diane du début (faut suivre) à en croire par sa présentation m'explique à regret qu'elle n'a rien à mon nom. Et là, sueurs froides, je viens de rejeter un colis qui serait arrivé à coup sûr (même s'il a prit de longues vacances au passage) pour un autre dont je ne sais pas où il est... Entre temps, le vendeur me répond toujours aussi courtoisement avec le numéro de bordereau, mais soulignant qu'en service express, il ne fonctionne pas.

    Évidemment, sinon c'était trop facile... Après avoir réprimé une très grosse envie de me taper la tête contre un mur, recherche de solutions: j'ai plein de reportages en matinée/début d'après-midi en ce moment, pile dans les créneaux potentiels de livraison, lesquels puis-je repousser? Je laisse un mot sur ma porte pour les sorties inévitables dans la période de possible passage, j'essaie de faire vite et me creuse les méninges pour trouver comment joindre mon livreur...

    Et le lendemain soit aujourd'hui, mardi 25 février 2014, coup de fil de ma mère:

    "j'ai eu un appel très bizarre de quelqu'un qui dit avoir un colis pour toi..."

    GROS soulagement! Car OUI, les livreurs DHL, quand ils ne trouvent pas où tu habite, ils cherchent ton nom dans l'annuaire, EUX! (suivez mon regard...) Elle me donne donc les coordonnées du bonhomme qui a réceptionné mon colis que je rappelle illico derrière! On est presque rendus!!! Bon, plus tard il faudra que j'explique tout ça à ma maman, mais en attendant je suis soulagée!

    Le gentil garçon me propose un créneau entre 13h30 et 14h30... Bon, à priori ça tombe mais alors en PLEIN sur un reportage, mais celui-là, je peux le décaler d'une heure, donc je valide et lui donne mon numéro de portable, soulagée.

    Je ne sais pas qui est à blâmer dans l'histoire, une entreprise de livraison que je ne citerai pas ou la loi de Murphy, mais j'attends cet après-midi pour me réjouir ou pleurer...

    Il ne faut jamais jurer de rien...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :