• [blablabla]Aujourd'hui

    Aujourd'hui, j'ai un peu mal.

    C'est vrai, j'avais dit que j'arrêtais avec tout ça, que ça y est, j'étais devenue forte, que j'avais une carapace.

    Mais sous l'armure, c'est toujours moi, les mêmes besoins, les mêmes peurs, les mêmes incertitudes, les mêmes questions.

    Dis, est-ce que je suis folle? J'ai tout pour être heureuse, et je le suis. Enfin je crois. Presque tous les jours, mais peut-être pas aujourd'hui. Je me sens un peu triste, un peu lasse, j'ai envie d'amitié, de rires, d'insouciance. De fraîcheur.

    J'ai peur tu sais. J'ai toujours eut peur d'être seule. Peut-être parce que j'ai été seule la plus grande partie de ma vie. Oh, j'ai une famille c'est vrai, des gens très chouettes qui font de leur mieux. Mais parfois on peut être seul au milieu d'une foule. Et la solitude c'est une petite mort quelque part: qui se souviendra de tout ce qu'on ne partage pas? Si je dois laisser une trace, je veux qu'elle soit positive, qu'elle fasse du bien aux autres. Qu'ils se sentent un peu plus légers en y pensant. Si seulement j'arrive à ça, j'aurais donné à mon existence le sens le plus important dont je pouvais rêver.

    Mais je ne suis pas seule tant qu'il est là. Il éclaire mon chemin et repousse les ombres et les menaces. Pourtant, je voudrais croiser plus de monde, partager plus de choses avec plus de personnes. Être utile à d'autres.

    Aujourd'hui, j'ai un peu mal. Je ne sais pas trop pourquoi. C'est peut-être la fatigue, c'est sans doutes les responsabilités, et tout ce qu'elles impliquent. Quand suis-je devenue cette grande personne, entre aujourd'hui et il y a quinze ans? Je me sens vieille. Un peu. Pourtant je crois que je suis la même que quand j'avais cinq ans, beaucoup d'illusions en moins.

    Aujourd'hui, le monde me fait peur. Même pas juste pour ce qui me concerne. Un peu quand même. Mais je m'inquiète pour lui aussi. Je l'aime tellement, j'aimerais tant l'aider plus, l'épargner, le soutenir mieux que je ne sais. J'ai peur de peser un peu trop sur ses épaules parfois.

    Aujourd'hui, je suis terrifiée à l'idée de glisser à nouveau dans le fossé de la dépression, après tout le temps et l'énergie que j'ai mis à en sortir. Tout le monde me certifie pourtant qu'une dépression bien guérie ne rechute pas. Mais je me rappelle ce fossé pas si lointain, son sol incertain, et cette sensation de ne pas arriver à en grimper le talus. Est-ce que je ne risque vraiment plus de tomber à nouveau? Je ne veux pas retomber.

    Alors je fais semblant. Je sors mon plus joli sourire et je dis à tout le monde que tout va bien. Peut-être que ça ira mieux en le disant. Je console la petite fille inquiète qui se tapit en moi en lui promettant que ça ira mieux demain. Qu'en sais-je? Rien, c'est vrai, mais je vis d'espoir.

    Aujourd'hui j'ai un peu mal, mais ça ira mieux demain.

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :