• [blablabla]Les nuits sans sommeil

    Les nuits sans sommeil sont les plus longues. Elles ont quelque chose d'immuable, comme si le temps prenait une autre dimension, s'allongeait, s'arrêtait.

    Les nuits sans sommeil ont quelque chose de mélancolique, dans ce silence humain, bercé par le ronronnement de la circulation, le trille d'un rossignol, le chant de la pluie ou le souffle du vent, à la clarté des étoiles.

    Les nuits sans sommeil ont quelque chose de solitaire, loin du tumulte et de la foule, loin de la meute, loin de nos proches endormis, chacun est plus petit, plus fragile, seul face à lui-même.

    Les nuits sans sommeil sont l'ennemi des penseurs et des fleurs bleues, tant source d'inspiration que de tourment, car elles ouvrent la porte à toutes les idées que la conscience du jour voudrait repousser.

    Les nuits sans sommeil nous ramènent à ce que nous sommes, des êtres fragiles, qui seuls sont tout petits, mais qui ensemble peuvent soulever des montagnes. Elles nous rendent humble, nous rappellent d'où nous venons, et l'importance des autres. Elles nous permettent d'écouter la respiration de ceux qui nous entourent, de regarder l'autre endormi, à la fois si proche et si inaccessible. Elles nous font mesurer le degré des sentiments, et celui de la solitude.

    Les nuits sans sommeil ressemblent à des années, tant on se sent vieilli à l'aube, avec la sensation que ces quelques heures ont duré une éternité.

     

    [blablabla]Les nuits sans sommeil

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :