• [Débat] Peut-on tout faire de ses enfants?

    Depuis quelques temps, le cas de la petite Kristina Pimenova enflamme la toile. Cette petite fille de 8 ans a déjà posé pour de grands noms de la mode et est suivie par plus de deux millions de personnes.

    Dans les différents articles à son sujet qui fleurissent en ce moment sur la toile, on en apprend un peu plus sur la trame de fond: fille d'une mannequin, elle a débuté le mannequinat à trois ans et fait de la gymnastique rythmique à haut niveau..

    .[Débat] Peut-on tout faire de ses enfants?

    Mais le point qui oppose les internautes reste la question de la sexualisation de cette petite fille qui "pose comme une grande". Attitudes sexy, regards intenses, moues sensuelles, ce n'est pas tant le choix vestimentaire que les attitudes qui sont pointées du doigts...

    Plusieurs réactions face à cela :

    "Il n'y a rien de sexuel dans ces photos, ceux qui y voient de la sexualité sont des pervers".

    C'est bien tenté, mais c'est un peu trop simpliste pour être crédible. La sexualisation n'est pas que dans les vêtements, on la retrouve dans des regards langoureux, des froncements de lèvres mutin... Certes, l'érotisme est culturel, au sens où ce sont les cultures qui définissent où il siège, mais est-ce bien la place d'une enfant de 8 ans de mimer des expressions sans équivoques d'une femme sexuellement active? (Vous voulez un test simple? Transposez les mêmes expressions sur l'image d'une femme mature...) Il n'y aurait pas d’ambiguïtés si cette fillette avait un sourire jusqu'aux oreilles ou tirait la langue, des attitudes de son âge. Donc, ces photos sont décalées par rapport à la maturité réelle du modèle.

    Par ailleurs, la problématique dépasse la question de la sexualisation des enfants pour englober aussi l'exploitation de leur image à des fins commerciales par leurs parents...

    "Si vous aviez une petite fille aussi jolie, vous auriez fait la même chose, bande d'hypocrites"

    Ben non. Pas forcément, pas tout le monde. Il y a des adultes qui misent sur autre chose, qui préféreront privilégier le bien-être de leur enfant plutôt que sa future carrière (sachant qu'à 3 ans et même à 8, il a bien le temps de voir, le gamin!). Et que les choix des parents pris dans la petite enfance déterminent la structure d'un futur adulte, il existe des parents qui privilégieront l'épanouissement. Penser à son enfant c'est aussi ne rien décider déterminant son avenir à sa place.

    D'autres encore soutiennent "mais elle est heureuse cette petite fille!"

    En est-on certains? Par ailleurs, si elle est persuadée que ce qu'elle vit est normal, elle n'a aucune raison de s'y opposer: les bébés nageurs sont habitués à l'eau dès les premiers mois de leur vies, ça n'en fait pas des poissons pour autant, et ils peuvent ne pas forcément avoir envie de nager. Mais ils y sont conditionnés, et les réflexes sont entrés dans leur vécu, leur personnalité, ils sont imprégnés de cet apprentissage. Donc, ils n'ont absolument aucune raison de le remettre en question. Mettre une petite fille dans le mannequinat dès trois ans relève de la même démarche. Cela fonctionnera d'autant mieux si cette activité lui donne la sensation de gagner la fierté parentale: presque tous les enfants feraient à peu près n'importe quoi pour décrocher la fierté et l'approbation de leurs familles.

    Et la meilleure pour la fin "vous êtes jaloux bande de médisants"

    Jaloux de qui, de la petite fille exploitée comme la poule aux œufs d'or, ou des parents qui tirent à fond parti du potentiel de leur enfant? Faut-il envier l'exploitation ou la moralité douteuse?

    Pour autant, il est difficile de juger des parents dans leur rôle, car pour juger, il faut avoir tous les éléments du puzzle. Que faire?

    La question à se poser pour commencer serait "est-ce bien pour l'enfant"? Est-ce que ça va le rendre heureux? Est-ce qu'il va grandir dans un milieu apaisé et équilibré? Est-ce que ça lui laisse la place et la liberté de faire ses propres choix sans (trop) d'influence le moment venu?

    La question suivante à se poser serait "quelle est la motivation des parents"?

    Personnellement, quand je lis " petite fille mannequin depuis qu'elle a trois ans, sa maman mannequin aussi" peut-être sous l'effet d'un cliché débile, ou d'un peu de bon sens, je me doute fortement de ce que "maman" a réellement derrière la tête: vivre à nouveau le prestige des feux de la rampe à travers sa fille. Mais où est la place de l'enfant dans tout ça? Pourquoi la mettre aussi jeune sur les plateaux de shooting photo? Pourquoi délivrer son image avant qu'elle soit en âge d'étudier assez la question pour pouvoir y mettre un veto? Si cette femme voulait honnêtement le bien de sa fille, n'aurait-elle pas pu attendre que celle-ci soit plus grande, à même de faire ses propres choix?

    Mon avis sur la question c'est que l'enfance est un passage cruellement court, elle ne dure qu'une quinzaine d'années, ce qui est très peu à l'échelle d'une vie. Pourquoi vouloir l'accélérer? Une petite fille devrait pouvoir rester une petite fille, se salir, avoir des couettes ou les cheveux courts si elle préfère, des collants avec des petits chats et des bottes en caoutchouc pour sauter dans les flaques d'eau. Elle devrait rester une enfant sans ambiguïtés et vivre pleinement ses précieuses années d'insouciance.

    Donc oui, je juge et je le reconnais, mais je ne juge pas les parents, mais bien leur attitude et leurs choix sur leur enfant, à l'échelle des valeurs sociales de notre époque qui définissent les mineurs comme des individus à part entière, mais prennent en compte qu'ils ne disposent de leur propre libre-arbitre qu'au début de l'adolescence.

    [Débat] Peut-on tout faire de ses enfants?

    Les enfants ne devraient pas avoir à travailler dans quelque pays que ce soit, même (voir surtout) par le biais leurs parents. Il y a encore trop de pays dans le monde où les droits de l'enfant sont bafoués, et où l'innocence n'existe plus vraiment, faut-il tolérer que des parents puissent surexploiter l'image de leur rejetons au niveau mondial? Un point délicat car il remet en question tous les métiers de scène comme le cinéma, la pub... Des métiers qui mériteraient d'être réglementés et encadrés de manière plus draconienne encore qu'actuellement, car beaucoup d'enfants-stars ont fait le bonheur de leurs parents pour leur propre défaveur (Jordy pour ne citer que lui...)

    Des métiers qui devraient être recadrés pour laisser plus de place à l'enfance réelle, et où le principal intéressé ne soit pas spolié.

    Les enfants-femmes deviennent malheureusement un phénomène social de plus en plus courant, où l'on tente de projeter dans les gamines des images d'adultes, déjà maquillées, pomponnées et désabusées alors même que ces petites ont à peine passé l'âge de croire au Père Noël... D'où vient cette négation de l'enfance? Pourquoi pousser les fillettes à vouloir devenir des femmes au risque de leur voir regretter leur enfance plus tard?

    Qui est responsable? Ne sommes-nous pas tous un peu complices? Que pouvons-nous changer à cette situation?

    Peut-être commencer par accepter l'enfance pour ce qu'elle est...

    [Débat] Peut-on tout faire de ses enfants?

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    1
    Tryskel
    Dimanche 7 Décembre 2014 à 23:37

    Dans les enfants-stars célèbres, il faut citer Jackie Coogan, le "Kid"' de Chaplin. Le combat juridique l'opposant à sa mère, qui a utilisé une bonne partie des gains de son enfance, a abouti en 1939 à une loi californienne protégeant les salaires des enfants.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :