• [Etude lexicale et symbolique] Les "fragiles"

    Ayant vu à tort et à travers le mot "fragile" galvaudé en une expression mi-condescendante mi-insultante (dans l'intention du moins) dans certaines communautés, je voulais revenir sur ce terme et tenter d'en faire une analyse sémantique, psychologique et philosophique.

    Ceci est mon avis et n'engage que moi.

    ***************************************************************************************

    Revenons déjà à la définition initiale du mot (que vous pouvez retrouver ici et si Wiki vous chagrine, celle de Larousse est  aussi disponible là.)

    Fragile \fʁa.ʒil\ masculin et féminin identiques

    1370) Du latin fragilis (« fragile, cassant, périssable ») qui a également donné frêle par voie populaire.

    1. Qui se rompt, se brise facilement.
      • Fragile comme le verre, comme du verre. — Un vase fragile.
    2. (Par analogie) Qui n’est pas solidement établi, qui peut aisément être détruit.
      • Fortune fragile.
      • Biens fragiles.
    3.  (Figuré) Qui est sujet à tomber en faute.
      • La nature est fragile.
      • Esprit fragile.
      • La chair est fragile.

    ***************************************************************************************

    "Fragile" est donc opposé à "solide", "fort", (des valeurs couramment associées à la virilité, et si je tiens à le souligner c'est que ce n'est pas totalement innocent). Le choix du terme "fragile" et le sens qui lui est donné font directement l'apologie de la force tout en affichant une dévaluation très nette de la "faiblesse".

    Nous retrouvons les fondations d'un rapport de forces.

    Car les mots ont un sens, et l'usage (s'il est réfléchi) que l'on en fait en dit tout aussi long sur l'intention qui accompagne ce choix. On ne prend pas un mot au hasard, derrière le choix initial il y a une idée, une intention bien précise. On n'utilise pas un terme comme "fragile" pour parler de quelqu'un si on ne s'estime pas plus fort / plus valable que lui ou elle. Et si on ne le / la méprise pas pour cela.

    *Que dit le comportement des personnes qui ont placé le terme "fragile" comme une insulte / une marque de mépris / de moquerie /  de discrédit?

    Concrètement, elles sacralisent la force, la puissance, la solidité en faisant de la fragilité une tare, une honte, une faiblesse à cacher, une diminution sociale dont les autres, les forts ont le droit de se moquer. Une personne jugée "fragile" est reclassée comme individu de seconde catégorie, moins sérieux, moins crédible, moins important qu'une personne jugée "forte" ou "puissante".

    Un-e "fragile" sera défini-e de nature à tout prendre mal, à ne rien supporter, on rit de lui / elle, on l'humilie un peu, parce qu'après tout, personne ne voudrait être le / la "fragile" d'un-e autre, et qu'il vaut mieux que ce soit lui / elle que soi. Et que tant qu'on l'enfonce un peu socialement, on n'est pas à sa place. On montre qu'on est plus fort que lui ou elle.

    En intertexte, on peut aussi comprendre que c'est un peu la faute d'une victime si elle est une victime: c'est une fragile. Cela justifie en soi qu'elle soit malmenée par les autres / sert d'excuse pour dire qu'elle prend les brimades / moquerie / mépris trop à cœur. Une personne qui n'est pas fragile ne s'en offusquerait pas, si elle se sent blessée, cela confirme qu'elle est fragile.

    Dans cette logique ce ne sont donc pas les autres qui vont trop loin mais elle qui réagit mal. Déresponsabilisation des premier-e-s sur le / la second-e.

    Traiter quelqu'un-e de "fragile" peut donc devenir, dans l'intention et parfois en pratique une justification à maltraiter cette personne, en reportant le poids de cette maltraitance sur elle et en la culpabilisant. Ce ne sont pas les autres qui sont méchants, c'est elle qui prend tout mal, et justement ça démontre que les autres ont raison de la traiter de fragile.

    Cercle négatif de culpabilisation. On fait croire à la victime qu'elle s'imagine être une victime et que c'est pour cela qu'elle se sent agressée, ce qui justifie de la traiter "comme une victime", sans complaisance et avec mépris, voir parfois avec méchanceté / agressivité.

    C'est un mécanisme assez courant que l'on retrouve à plusieurs niveaux de la société, généralement peu cadrés.

    *L'apologie de la force agressive: symptôme d'un malaise?

    Les mots ont un sens. On ne traitera pas de "fragile" (comme si c'était une tare) une personne que l'on estime être son égale ou que l'on respecte un minimum. Mettre en avant la fragilité réelle ou présumée d'un-e interlocuteur/ trice dans le but de contester sa crédibilité est une pratique plutôt répandue. Ça a un nom: c'est l'Argumentum ad hominem tu quoque.

    Et c'est un sophisme couramment utilisé comme recours ultime pour gagner un débat sans argumenter.

     Plutôt que de se casser la tête à répondre aux propos d'une personne qui met en avant quelque chose d'inconfortable ou qui réagit à quelque chose qu'elle estime violent, on se contente de pointer que le problème vient d'elle, donc que son propos est invalide. Quels que soient les arguments qu'elle apporte par ailleurs. L'ad hominem tu quoque ne cherche pas à répondre sur le terrain du débat mais à mettre hors jeu la personne en face en remettant sa fiabilité en question.

    D'un autre côté, on peut également s'interroger sur ce besoin de pointer du doigt la sensibilité de l'autre afin de le rabaisser (on ne va pas se mentir, c'est le but de la démarche). Une personne confiante en sa propre force et à l'aise avec elle-même n'a pas besoin de déterminer la force des autres ou de la pointer du doigt. La plupart du temps, cela lui sera égal dans la mesure où elle n'aura pas besoin de se placer dans un rapport de force pour exister / se situer / se connaître / se rassurer. 

    Je laisse le mot de la fin à l'ami Desproges avec cette phrase qui n'est pas forcément la plus citée:

    [Etude lexicale et symbolique] Les "fragiles"

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :