• WillowFiche technique:

    Studios: Lucasfilms

    De : Ron Howard

    Avec :

    • Val Kilmer dans le rôle de Madmartigan
    • Warwick Davis dans le rôle de Willow Ufgood
    • Jean Marsh dans le rôle de la reine Bavmorda
    • Billy Barty dans le rôle du Grand Aldwin
    • Joanne Whalley dans le rôle de Sorsha
    • Kate greefield dans le rôle d'Elora Danan
    • Rick Overton dans le rôle de Franjean
    • Kevin Polak dans le rôle de Raoul

    Scénaristes : Bob Dolman, George Lucas
    Producteur : Nigel Wooll
    Distribution : United International Pictures (UIP)
    Genre : fantastique, aventure
    Durée : 2h05
    Date de sortie : 2 novembre 1988

    Dans un monde de merveilles et de magie, une reine cruelle cherche l'enfant issue d'une prophétie dont le destin est de mener la félone à sa perte. Pour cela, elle capture toute les femmes enceintes afin de tuer le bébé à sa naissance, mais grâce à la compassion d'une sage-femme, la fillette échappe à un sort funeste et l'histoire commence avec son arrivée inattendue dans un village Nelwynns, un peuple de petites gens paisibles vivant à l'écart du reste du monde.

     


    Willow Elora.

    C'est ainsi que l'enfant arrive chez Willow Ufgood, qui pour la sauver va entreprendre une grande et périlleuse aventure et rencontrer de nouveaux amis.

    On sent une nette influence des livres du Seigneur des Anneaux que Lucas aurait voulu réaliser et dont il s'est librement inspiré pour créer un univers onirique et rempli de peuples différents et originaux. D'une certaine manière, Willow relfète plus l'esprit même de Tolkien que l'adaptation de Peter Jackson de la désormais célèbre saga...

    Au prime abord, l'histoire semble enfantine, mais il ne faut pas s'y tromper, c'est un scénario mené tambour battant, plein de rebondissement, d'humour et d'effets spéciaux étonnants, encore bluffants pour l'époque de production. Willow est sans doutes le premier blockbuster Fantastique avec Legend qui aie introduit le genre sur petits et grands écrans. Familial, ce film plaît aux petits pour son univers féérique, et aux adultes pour des aspects plus sombres, plus matures...

    D'un point de vu étymologique et ethnologique, l'univers trouve ses racines dans les influences scandinaves et celtes plus que médiavales, qu'il s'agisse des noms des costumes ou des décors... Ce style à part confère au film un charme tout particulier.

    Willow est un film culte de toute une génération et -il faut l'espérer-, il marquera les suivantes. On s'attache fortement aux différents personnages, au roublard Madmartigan , à la belle Sorsha, à Franjean et Raoul, les brownies...

    Franc-jean RaoulWillowWillow

    Un conte pour petits et grands tendre et indémodable...

    A l'époque de la sortie cinéma, une adaptation littéraire du scénario a été diffusée dans nos librairies. Avis aux fans qui voudraient tout savoir du bébé de Lucas...

     

    A quand "Le Seigneur des Anneaux" repris la G. Lucas?

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

    The Princess Bride

    Films et séries

    Les coulisses

    Date de sortie cinéma : 9 mars 1988
    Date de reprise cinéma : 1 juillet 2009
    Film déjà disponible en DVD depuis le : 10 janvier 2003

    Réalisé par Rob Reiner

    Le casting

    • Cary Elwes: Westley
    • Robin Wright Penn: Bouton d'Or
    • Christopher Guest: Le conte Rugen
    • Mandy Patinkin: Inigo Montoya
    • Chris Sarandon: Le prince Humperdick
    • Peter Falk: le grand-père
    • Fred Savage: Le petit-fils
    • Billy Cristal: Miracle Max
    • Carol Kane: Valérie
    • Mel Smith: L'albinos
    • André the giant: Fezzik
    • Wallace Shawn: Vizzini

     

    Films et séries


    L'intrigue

    Un petit garçon malade reçoit la visite de son grand-père  pendant sa convalescence, qui, pour lui remonter le moral entreprend de lui lire une histoire... De Princesse... C'est donc sur une note très humoristique que se suivent en parallèle deux histoires;: celle du grand-père et de l'enfant -qui interviennent de temps en temps pour commenter-, et celle des personnages du conte.

    Une jeune fille d'une rare beauté tombe amoureuse de son valet de ferme, amour partagé. Pour pouvoir épouser Bouton d'Or, le jeune Westley prend la mer et attaqué par des pirates disparaît. Bouton d'Or décide alors de fermer son coeur. Malgré cela, le prince Humperdink la choisit comme future épouse. Alors pour échapper à un mariage non voulu, la jeune fille s'aventure dans les bois où un trio étrange l'aborde puis l'enlève...

    Plus que le scénario un Ignigopeu rocambolesque et volontairement très "clichés", ce sont les caractères des personnages, leurs a ttitudes et leurs répliques qui donnent à l'histoire toute sa drôlerie.

    Un géant un peu lent et plutôt amical, un bretteur Espagnol nerveux en quête de vengeance, un nain Sicilien très fier de son  esprit, des faiseurs de miracles contre nobles cause, des pirates tout en noir, des albinos poussant des brouettes, des rois gâteux et des princes arrogants, tout y est, même les créatures les plus incroyables comme les RTI (Rongeur de Taille Inabituelle) ou des anguilles carnivores.


    Les adultes y trouvent peut-être plus leur compte que les enfants dans ce pastiche de contes de fées, mais toutes les petites filles rêvent avec Bouton d'Or et tout les garçons prendront plaisir dans les magnifiques duels au fleuret!

     

     

    Westley et bouton d'or

    Films et séries

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Quatrième Dimension

     

    The Twilight Zone, en français la Quatrième Dimension est une série télévisée américaine de science-fiction, en 138 épisodes de 25 minutes et 18 épisodes de 50 minutes, créée par Rod Serling et diffusée entre le 2 octobre 1959 et le 19 juin 1964 sur le réseau CBS.

    En France, les 12 premiers épisodes de la série ont été diffusés à partir du 6 février 1965 sur la première chaîne de l'ORTF. Ensuite, à partir de 1984, TF1 rediffusera la série et programmera des inédits dans l'émission Temps X, puis dans La Une est à Vous. Rediffusion à partir de 1999 sur Série Club.

    "Nous sommes transportés dans une autre dimension, une dimension faite de sons, mais aussi d'esprits. Un voyage au bout des ténébres où il n'y a qu'une destination : la Quatrième Dimension."

    Distribution 

    • Rod Serling : narrateur et scénariste de 80% de la série, ainsi que producteur (selon le contrat prévu avec la chaîne)
    • Charles Beaumont et Richard Matheson : co-scénaristes de la série, s'occupant des 20% restants.

    De nombreux acteurs ont figuré au casting de la série, parmi lesquels : Lloyd Bochner, Charles Bronson, James Coburn, Robert Duvall, Peter Falk,Dennis Hopper,Buster Keaton, Richard Kiel, Ida Lupino, Patrick Macnee, Lee Marvin, Burgess Meredith, Elizabeth Montgomery, Agnes Moorehead, Julie Newmar, Donald Pleasence, Robert Redford, Mickey Rooney, Telly Savalas, William Shatner, Dennis Weaver, Inger Stevens, Vera Miles,Roddy McDowall,...

    Sans doute une des premières séries populaires de SF, la Quatrième Dimension met en scène des histoires originales de gens souvent tout à fait normaux, mais à qui il arrive quelque chose d'extraordinaire.

    La force de cette série est l'humour, la morale souvent présente (les bons sont récompensés ou peu malmenés, les mauvais sont punis) et des chutes plutôt inattendue. Attendu qu'on ne pouvait pas espérer d'une série si longue l'excellence à chaque épisodes, la Quatrième Dimension n'en reste pas moins divertissante et ô combien plus recherchée que de nombreuses séries modernes. En noir et blanc, avec parfois une mauvais qualité de son, d'image et des effets spéciaux en rapport avec leur époque, cette série a un parfum délicieusement rétro. Loin d'être un handicap, cela lui donne au contraire le charme des bonnes choses qui prennent de la valeur en vieillissant.

    Que les amateurs de Science-fiction se rassurent, la Quatrième Dimension a largement fait ses preuves et surclasse sans mal nos actuelles niaiseries télévisuelles dont je ne citerai pas de noms histoire d'éviter des procès pour médisances, mais où des experts examinent des squelettes, où des infirmiers et des docteurs boîteux cherchent des maladies bizarres à longueur de temps, où des marseillais montrent leur quotidien inintéressant et vulgaire sur fond de mer et de soleil, j'en passe et des meilleures.

    Donc pour relever le niveau, rien de tel que de replonger à l'âge d'or du cinéma, à l'époque où l'on scénarisait vraiment une série télévisée.

    A ce jour, un coffret intégral des cinq saisons DVD en grande partie remasterisé est disponible dans le commerce (notamment sur Amazon), ainsi qu'un film en couleur en quatre histoires.

    Quatrième Dimension

    Et un petit délire visuel qui n'est pas sans lien avec la Quatrième Dimension puisqu'il fait référence à l'épisode "l'Oeil de l'admirateur" (the eye of the beholder) épisode 6 Saison 2 ou encore "la laideur banalisée"...

     

    Rob Pattinson Twilight Zone

    Récompenses pour la série:

    • Emmy Award 1960 : Meilleur scénariste pour Rod Serling
    • Emmy Award 1961 : Meilleur scénariste pour Rod Serling
    • prix Hugo de la science-fiction 1960, 1961, 1962 :Dramatic Presentation
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    1 commentaire
  • Avatar

    Date de sortie cinéma : 16 décembre 2009
    Film déjà disponible en DVD et Blu-Ray depuis le : 21 avril 2010
    Réalisé par James Cameron
    Titre original : Avatar
    Long-métrage américain . Genre : Science fiction , Aventure
    Durée : 02h41min Année de production : 2009

    Musique: James Horner

    Avatar

    Casting

    • Sam Worthington Rôle : Jake Sully

    • Zoe Saldana Rôle : Neytiri 

    • Sigourney Weaver Rôle : Grace Augustine 

    • Stephen Lang Rôle : le colonel Miles Quaritch 

    • Michelle Rodriguez Rôle : Trudy Chacon 

    • Giovanni Ribisi Rôle : Parker Selfridge 

    • Joel Moore Rôle : Norm Spellman 

    • Wes Studi Rôle : Eytukan 

    • CCH Pounder Rôle : Moat 

    • Laz Alonso Rôle : Tsu'Tey

    Récompenses 

    • Golden Globes 2010 :
      • Meilleur film dramatique
      • Meilleur réalisateur pour James Cameron
    • Critics Choice Awards 2010 :
      • Meilleure photographie
      • Meilleure direction artistique pour Rick Carter et Robert Stromberg
      • Meilleurs effets spéciaux pour Joe Letteri, Stephen Rosenbaum, Richard Baneham et Andy Jones
      • Meilleur film d’action pour James Cameron et Jon Landau
      • Meilleur montage
      • Meilleur son pour Christopher Boyes, Gary Summers, Andy Nelson, Tony Johnson et Addison Teague
    • BAFTA 2010 :
      • Meilleurs décors
      • Meilleurs effets visuels
    • Oscars 2010 :
      • Meilleure direction artistique
      • Meilleure photographie
      • Meilleurs effets visuels
    • Saturn Award:
      • Meilleur film de science-fiction
      • Meilleurs effets spéciaux
      • Meilleur acteur pour Sam Worthington
      • Meilleure actrice pour Zoe Saldana
      • Meilleur second rôle féminin pour Sigourney Weaver
      • Meilleur second rôle masculin pour Stephen Lang
      • Meilleur réalisateur James Cameron
      • Meilleur scénariste pour James Cameron
      • Meilleur musique originale du film pour James Horner

    Nominations 

    • Golden Globes 2010 :
      • Meilleure musique de film
      • Meilleure chanson originale
    • Critics Choice Awards 2010 :
      • Meilleur film pour James Cameron et Jon Landau
      • Meilleur réalisateur pour James Cameron
      • Meilleur maquillage
    • BAFTA 2010 :
      • Meilleur film
      • Meilleur réalisateur pour James Cameron
      • Meilleur musique
      • Meilleur photographie
      • Meilleur montage
      • Meilleur son
    • Césars 2010 : Meilleur film étranger
    • Oscars 2010 :
      • Meilleur film
      • Meilleur réalisateur pour James Cameron
      • Meilleur montage
      • Meilleur son
      • Meilleur montage sonore
      • Meilleur musique de film pour James Horner

    Synopsis:

    Jake Sully, un ancien "marine" blessé de guerre se retrouve embarqué à la place de son jumeau décédé sur Pandora, une planète inhospitalière où il part en mission d'étude -et d'espionnage sous la couverture- dans un corps syntéhisé pour son génotype: son avatar. Très vite, Jake va voir l'envers du décor et devenir un héros malgré lui, après sa rencontre avec la belle Neytiri et sa découverte du monde des Na'vi...

    Le débat:

    Le scénario n'est plus à développer, en effet, Avatar est sans doutes le blockbuster le plus monstrueux question audimat de notre époque! Cameron avait déjà atomisé tout les records d'audience avec son non moins célèbre "Titanic", et voilà que son dernier film explose les différents records du film le plus cher de l'histoire du cinéma, de la plus grosse production de ce quart de siècle et de la première prouesse technique presque entièrement en 3D.

    Avatar

    En revanche, la controverse des spectateurs est grandes, Avatar ne laisse pas grand monde indifférent; certains l'adore, d'autres le déteste, d'autres sont déçus ou ne cernent pas l'intérêt du film. L'idée générale est que les prouesses graphiques encore inégalées du film de Cameron ne rattrapent pas un scénario... Vide d'action/baston/suspence (ce qui a laissé notamment les fans d'Alien sur leur faim). Non, l'histoire coule tout doucement, avec quelques scènes plus rapides, beaucoup de "blancs cinématographiques" dans la trame, destinés à montrer aux téléspectateurs le quotidien des Na'vi et une romance à l'américaine...

    Avatar

    Erreur ou volonté délibérée du créateur de pencher dans un genre nouveau? Beaucoup tendent à dire le scénario faible car justement dénué de ces scènes si chères au cinéma américain où tout s'enchaîne si vite que l'oeil ne suit plus. Cameron n'a peut-être pas écrit Twilight ou le Seigneur des Anneaux, mais sa fable n'en est pas moins intéressante. On peut le voir comme une reprise futuriste et science-fiction de la légende de Pocahontas, où l'avidité humaine détruit les natifs du monde où notre espèce accoste. Une poignée de scientifiques pacifistes contre une armées de militaires violents et cupides, ce n'est pas sans rappeler les Conquistaros...

    Chacun voit en ce film ce qu'il veut y voir... Débauches d'effets spéciaux à couper le souffle, conte moraliste, blockbuster surfait ou encore premier né d'un nouveau genre de films...

    En ce qui me concerne et sans être une "groupie", je considère que le travail de James Cameron mérite reconnaissance pour son fort message contre les vices de notre espèce. Pour une fois, pas de méchants aliens, ce sont les humains qui tiennent les fusils. Message de paix et d'écologie, Avatar se fait le porte-parole des valeurs que notre civilisation devrait mettre en avant au quotidien pour son propre salut. (sans forcément en revenir à l'âge de bronse, un retour aux valeurs fondamentales ne ferait de mal à aucun d'entre nous...!)

    Cela étant, il semblerait que le film aie eu son quotat d'admirateurs puisqu'un opus deux est en route... A voir avant de juger.

    Avatar 2 (titre provisoire)

    Avatar

    Visuellement, c'est un coup de baguette magique vers un genre encore inexistant: si la technique 3D utilisée dans ce film existe depuis longtemps et a été employée sur quelques personnages tels que Gollum dans le Seigneur des Anneaux ou encore King Kong dans le film éponyme, cela se cantone généralement à une poignée de personnages reconstruits par ordinateur au milieu d'acteurs bien réels. Cameron a pris le pari fou de faire un film presque entièrement numérique et le défi a été très bien relevé. Le "plus" de ce film réside notamment dans sa faune incroyable et très variée et sa flore bioluminescente qui immerge de spectateur dans un univers inédit.  Pouvait-on en attendre plus?

    Que l'on aime que l'on ai aimé ou que l'on déteste, Avatar va trouver une place au palmarès des grands films de notre génération.

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique