• [Internet]Quand la charte de communauté Facebook vend du rêve

    Si vous êtes usager de Fessedebouc, cette grande foire au n'importe quoi, vous avez certainement connu cette situation où, à un moment donné vous tombez nez à nez avec des pages ou publication incitant clairement à la haine, qu'elles touchent l'orientation sexuelle, l'orientation religieuse, l'origine culturelle ou ethnique ou qu'elles comportent simplement des propos dangereux.

    Et même si le principe de délation fait un peu rapporteur de la maîtresse et qu'il ne faut pas en abuser, y a des cas de figure où c'est indispensable, vous signalez l'objet douteux à FB.

    C'est là que ça devient drôle.

    Parce que vous-vous, si votre cousine par alliance au troisième degré du côté de votre père met une photo d'elle en bikini sur la place de Crabouille-les-eaux et qu'un petit bout de son téton dépasse de son soutif, il y a d'abord toutes les chances qu'un de ses "amis" la signale, mais surtout, si sa photo est repérée par les modérateurs FB, elle sera supprimée séance tenante ou bien la cousine Gentiane recevra une injonction à la censurer.

    En revanche, les pages incitant à l'immolation d'une partie de la population en raison d'une spécificité quelconque, les publications invitant au nazisme, brimant les uns ou les autres, revendiquant des droits supérieurs ou un ascendant, et tout autre propos confit d'intolérance sont maintenus en l'état avec généralement ce genre de réponse:

    (oui j'ai flouté le nom de cette page car il est absolument hors de question de lui faire de la pub!)

     

    [Internet]Quand la charte de communauté Facebook vend du rêve

     

    Comme sus-cité, je n'abuse pas du signalement et n'en use que lorsqu'il s'agit VRAIMENT de quelque chose de grave. En l'occurrence, l'incitation à la haine, raciale, religieuse on en lien avec l'orientation sexuelle est punie par la loi. Ce que le staff FB France n'a pas l'air de savoir -ou bien s'en fout-il.

    Cela n'a rien d'un jeu futile, à une époque où le climat de rejet, les tensions et l'intolérance crèvent des plafonds. Ces tendances sont dangereuses et pour tout le monde, car elles n'ont pas de limites si on ne les arrête pas et font des victimes. Et si vous ne vous sentez pas concerné(e) parce que vous faites par miracle parti(e) d'une minorité à qui on fout la paix (mesdames, nous en sommes exclues ne serait-ce qu'à la prétention à l'égalité sociale), dites-vous bien que rien ne vous promet que ça durera toujours.

    Il est de nécessité publique de freiner cette marée de n'importe-quoi. Par nos comportements à tous -on peut ne pas être d'accord avec quelqu'un, mais on est pas obligé de l'enquiquiner pour ça-, et par le refus de ce genre de bassesses.

    A titre informatif, Fessedebouc, la prochaine fois, je passe directement par le signalement auprès du gouvernement. Parce que comme dirait Tiéphaine, si ça continue, il faudra que ça cesse! L'intolérance n'est pas une opinion, c'est un délit.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :