• J'ai crevé l'oreiller...

    J'ai crevé l'oreiller, j'ai dû rêver trop fort...

     

    « ça m'prend les jours fériés... »

    Comme chanterait Bashung.

    J'ai crevé l'oreiller de rêves inaccessibles. Dans mes nuits sans sommeil, plongée dans la torpeur d'un demi-rêve éveillée, je me fais justicière des causes perdues, le genre qui tente de changer les chagrins en sourires.

    Je rêve d'un avenir rempli d'arbres, d'un monde propre qui n'existe déjà plus sous le joug des influences énergétiques pétrolières et nucléaires et que les générations futures ne connaîtront jamais qu'en récit.

    Je rêve d'un monde solidaire où le voisin n'est plus un étranger mais un égal, où l'on ne s'enferme plus dans de petites vies solitaires et étriquées dictées par « l'american way of life ».

    Je rêve de vraies valeurs où les biens matériaux ne seraient que confort, où la réussite d'une personne serait évaluable sur les fondements d'une vie saine et sur une sagesse acquise et transmise et non sur ce que son salaire lui permet de s'offrir.

    Je rêve d'insouciance et d'innocence dans les yeux des enfants jouant les uns avec les autres sans violence, sans jugement, simples, purs, exempts des fautes de leurs proches adultes.

    Mon esprit perdu, embrumé se perd dans ses divagations. Je suis Dom Quichotte, affrontant comme il affrontait ses moulins à vent un monde en décadence qui fond vers sa chute.

    2012 annoncé comme la fin du monde sera peut-être bien la fin d'une ère, le début d'une autre, espérons la meilleure.

    Et la nuit s'est effacée et avec elle le doux engourdissement de l'esprit qui laisse espérer l'impossible.

    Le réel revient avec sa dose de cynisme, d'amertume, un arrière-goût de poussière et de déception.

    Mais en me levant, un lambeau de rêve me murmure de protéger les « héros du quotidien » que je connais...

    Sans masque, sans effigie, sans revendications, des êtres simples qui ne recherchent qu'un avenir meilleur, un peu de soleil à travers la brume et qui se battent pour le partager avec les autres.

    Les vrais héros d'aujourd'hui n'ont pas de nom.

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :