• Les Intransigeants: intégrisme, racisme et traditions

    Les Intransigeants: intégrisme, racisme et traditionsUn article dont la rédaction m'aura longuement fait hésiter. En effet, quel meilleur moyen de promouvoir un mouvement, même involontairement que de simplement l'évoquer? Et pourtant, ce n'est pas quelque chose sur lequel on peut fermer les yeux et dire "amen".

    Mais pourquoi? Et les Intransigeants, qu'est-ce que c'est?

    Ils se disent "chrétiens", -catholiques pour être précis-, et se promeuvent non sans une certaine ironie "pour la Paix et la Justice". (Autant dire dans leur cas qu'un coyote se prétend végétarien...) Deux mots qui ne doivent pas avoir les mêmes définitions dans tout les dictionnaires si l'on s'en réfère à leurs articles d'une virulence inouie et parfaitement gratuite. Incitation à la haine (délit pénalement répréhensible), racisme, homophobie, sexisme... Une belle collection de préjugés d'une autre époque, qui font un peu tâche sur l'âge de la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen...

    L'esprit tend à se défendre au prime abord et on peut se demander à première lecture s'il ne s'agit pas simplement de cynisme, car au premier degré le choc des propos est tel qu'il est simplement difficile d'accepter une violence aussi prononcée. Le genre de propos si empli de haine, de bêtise, parfois de fiel et presque toujours d'a-priori moyennâgeux que l'on ne peut  lire sans réprimer un haut-le-coeur, d'autant si l'on garde à l'esprit qu'ils sont parfaitements assumés.

    Ils psalmodient et invoquent régulièrement le nom d'un Dieu dont ils ne respectent pas l'enseignement le plus profond "aimes autrui comme toi-même". Ils s'arrogent au nom de leur croyance un droit de Justice comme ils se plaisent eux-même à le prétendre, et un jugement des plus péremptoires et basée sur un rejet terrible de la différence. Où est donc la générosité Chrétienne, cette valeur fondamentale de la religion catholique?

    Difficile de trouver à travers tout leur venin craché un lien même lointain avec la religion, quelle qu'elle puisse être.

    Une chrétienté détournée.

    Ils prônent la religion Catholique -à lquelle ils ne rendent pas honneur et dont ils ne sont pas représentatifs-, et prétendent la servir et la suivre, malgré l'évidente contradiction entre leur usage des écrits à des fins belliqueuses et le message profond de tolérance et d'amour de la chrétinté. Un mouvement qui n'est pas sans rappeler les excès intégristes de l'Islam avec les Salafistes.

    Leurs desseins frisent l'eugénisme au sens où leur vision du monde parfait exclut ou rabaisse au rang de sous-hommes les autres religions, les personnes qu'ils jugent (parfaitement subjectivement) en marge, voir à convertir et/ou briser, tel que les homosexuels, bissexuels, transgenre, féministes -car manifestement la femme doit rester dans son rôle soumis- etc.

    Petits joueurs

    Sur leur territoire, ils sont tout-puissants et ne se privent pas de le montrer. Malheur à qui se prononce à contre-courant dans les commentaires! On hésite entre rire et pleurer sur certains arguments récurrents "La violence se justifie parce qu'il y a des antécédents dans la Bible, Jésus au Temple, toussa..." Et tout à fait relatifs "Le Bien est en lutte contre le Mal". Ah parce que le monde est manichéen bien sûr, le Bien c'est eux et le Mal... Comprendre que le Mal c'est à peu près tout les autres...

    Pas sur que le Dieu d'amour et de Paix des chrétiens, les vrais ait un jour ordonné un tel charivari.

    Ils traitent allègrement leurs détracteurs de "Bobo", et Fourest, leur "grande ennemie" leur fournit une échelle de valeurs à la Richter pour mépriser leurs hôtes. Un mépris qui prends des allures de compliments pour les personnes intègres encourageant la tolérance et la bonne intelligence.

    Lorsqu'ils se trouvent à cours d'arguments envers un contestataire postant sur leur support, ils n'hésitent pas à recourir aux petites pointes puériles, ainsi peut-on par exemple lire au fil d'un article en contre-attaque d'une jeune femme du pseudonyme de Jesabel "avec un pseudo de putain ça commence fort!". Il ne s'agit plus de débat, mais simplement de vengeance. Ils frappent leurs opposants pour faire mal, et non pour prouver la véracité de leurs propos comme le voudrait une véritable discussion, propos qui du reste reposent sur du creux dans du vide, basé sur un des fondations de haine allègrement entretenues.

    Incitation à la haine

    Comme dit précédemment, on est tenté de croire à première lecture qu'il s'agit dans les articles de ces originaux d'une forme de cynisme, ou d'ironie, procédé je le rappelle au cas où ils viendraient me lire, qui consiste à dire le contraire de ce que l'on pense. (Vous aurez appris quelques choses aujourd'hui, chers Intransigeants!). Le malheur, c'est qu'il ne s'agit hélas pas d'une figure de style et que ces braves gens emplis de charité chrétienne (voici un exemple d'ironie) pensent chaque mot qu'ils écrivent, lorsqu'ils taxent les homosexuels "sodomites" d'êtres contre-nature à anhiliher, les femmes ukrainiennes de FEMEN de sales hystériques dont la curée en règle était plus que méritée, j'en passe et des meilleurs. Leurs textes se structurent sur une base de règlement de comptes où ils ne se privent pas d'insultes, d'insanités, et autres ingrédients du même crû, le tout intercallés de mentions et d'invocations à "Dieu, sa Sainte Mère et Son Saint Esprit" comme ils le répètent toute les dix lignes. Paradoxalement à ces torchons meublés de méchanceté, d'intolérance et de jugement de valeurs ô combien subjectifs pour ce qui se veut être un "journal en ligne", ils établissent une censure drastique dans leurs commentaires, afin d'éviter les insultes des lecteurs qu'ils n'auront pas manqué de choquer. Le comble de l'hypocrisie diraient certains.

    Mauvais goût

    On préfère penser en lisant parmi les commentaires des articles qu'ils tentent de s'essayer à l'humour non sans indéniable mauvais goût avec leurs boutades sur le nazisme, les camps d'extermination et autres atrocités qui ont stigmatisé les peuples et l'Histoire. On peut se dire, -on préférera inconsciemment- qu'ils ne mesurent pas l'étendue de l'horreur de leurs propos, qu'ils sont simplement inconscients de l'ampleur des énormités dont ils se font auteurs. Dans le cas contraire, comment tolérer ce genre de discours? Et pourtant, leur phobie du sionisme, entre autre chose, impose un doute quant au registre de la plaisanterie...

    Une vaste ironie

    Les arguments qu'ils utilisent pourraient parfaitement se voir retourner contre eux. A titre d'exemple, dans l'article où ils attaquent le mouvement FEMEN (dont ils qualifient les militantes de "sales truies") et dont le message est à peu près "ces pétasses ont eu ce qu'elle méritaient en se faisant défonçer la tronche", ils hurlent au scandale de la tenue peu chaste des demoiselles dévêtues, montrant leurs seins nus, et se récrient du choc sur les regards innocents des enfants présents à la manifestation concernée. Mais que dire des jeunes et des moins jeunes qui tombent sur leur site pour y lire un tissu de haine gratuite et de vomissures malveillantes ? Car sans tomber à leur niveau de bassesse et de petitesse en matière de médisance, on ne peut qualifier ce ramassis de grossièterés et de mépris d'autre chose que d'excrétions.

    Un joli panier de crabes...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :