• Lettre ouverte d'une future herboriste à une naturologue

    Réponse d'une future herboriste à une naturologue:

    Etant récemment passée sur un blog que je ne citerai pas en vue d'éviter de lui faire de la pub, j'ai lu, non sans un certain amusement, une personne y décrire selon elle les aptitudes (et lacunes) de diverses professions en phytoscience.

    Jusque là, pourquoi pas, même si on n'est pas d'accord avec son avis, rappelons que c'est son point de vue.

    Cette personne épinglait notamment les naturopathes qu'elle accusait d'arnaque, pointant dans la foulée les fleurs de bach et l'homéopathie.

    Bon... je ne me prononcerai pas là dessus.

    En revanche, lorsque cette personne se prétend "Naturologue" (un terme de son invention comme elle le reconnaît d'ailleurs elle-même) et tape dans la foulée sur les herboristes, là désolée, je ne peux pas laisser passer.

    Je ne peux pas laisser écrire que les herboristes n"y entendent rien aux médecines naturelles. Ce serait comme prétendre qu'un géologue ne comprend rien à la nature du sol, qu'un potier ne sait pas ce qu'est l'argile, ou encore qu'un journaliste est analphabète.

    S'il y a bien un corps de métier qui s'y entend en phytoscience, ce sont les herboristes! Et croyez chère madame que je suis bien placée pour en parler.

    En formation d'herboristerie, nous apprenons la phytothérapie, l'aromathérapie, la chimie verte, nous révisons la chimie, la physio-pathologie, nous apprenons la botanique, la diététique, nous assimilons des centaines de plantes, leur nomination binominale, nous apprenons comment les conditionner, comment les préparer, quand et où les ramasser, que faire et ne pas faire.

    En formation d'herboristerie, il y a la requête d'un niveau d'études puisqu'en contrôle continu, une moyenne minimale est exigée. Nous avons des stages, des professeurs eux-même herboristes ou botaniques ou médecins, pharmaciens en contact avec cet univers qui essaient de nous transcrire leurs savoirs au plus juste.

    Nous apprenons en premier que l'herboristerie est la science de toute une vie, et que les années d'études terminées, le diplôme n'est qu'une première étape, que nous n'aurons jamais fini d'apprendre.

    Nous assimilons en premier principe "primum non nocere", "d'abord ne pas nuire"! Nous savons que nous ne nous substituons pas aux médecins mais que nous les complétons. Nous savons que les plantes ne sont pas magiques et disposent de limites, d'effets secondaires, que certaines peuvent être dangereuses, qu'il y a des associations à ne pas faire.

    Nous savons qu'il nous faut rester humbles, que la première de nos priorités est de soulager le corps, et de l'harmoniser avec l'esprit, par l'écoute, par des traitements de fond, par un accompagnement diététique.

    Nous ne sommes pas forcément des peintres, mais nous sommes des artistes. Nous maîtrisons l'alchimie des plantes, nous savons les conjuguer pour obtenir le résultat que nous souhaitons, de la même manière qu'un peintre mélange ses couleurs sur sa palette pour obtenir la bonne nuance.

    Nous intégrons dès le début de nos études que le principal, ce n'est pas nous, mais ce que nous pouvons apporter aux autres. Nous ne recherchons ni la gloire ni l'admiration ni la reconnaissance.

    Nous associons à notre champ de compétences ce qui peut lui être directement utile, pas ce qui flatte nos ego.

    Alors avant de pointer une formation, une vocation, un métier du doigt, avant de le critiquer, de le dénigrer, de nier son savoir-faire et sa compétence, je vous invite à vous renseigner sur ce dont vous parlez!

    Et si vous souhaitez continuer à cracher sur mon futur métier, n'hésitez pas à venir me démontrer par l'application combien vos connaissances en ce domaine dépassent les miennes. Je vous attends.

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :