• Ma petite bohémienne

     

    Tu n'es pas très riche d'argent, mais tu es riche d'amour

    Seulement ce n'est pas ce qui te nourrira tout les jours,

    Ma petite bohémienne qui rêve d'un ailleurs plus grand

    Tu reste cantonnée dans le rôle d'une enfant.

     

    Tu voulais voir la mer, tu avais des rêves à foison

    Mais il faut de l'argent pour explorer d'autres horizons

    Tu entends les nantis se plaindre de leur vacances "ratées" devant toi

    Quand après une semaine, ils en ont eu plus que jamais tu n'en auras.

     

    On te dit que "des vacances ça se mérite au boulot"

    Mais trimer sans cesse sans repos, voilà quel est ton lot.

    On t'a fustigé quand tu as parlé de partir!

    Malheureuse! Tu ne pouvais murmurer pire!

     

    Aller voir ailleurs, oui mais pourquoi?

    On ne va nulle part quand on vit au RsA!

    Ma petite bohémienne rêvant d'horizons meilleurs,

    Les hommes sont partout égoistes, ici ou ailleurs.

     

    Tu gagne honorablement ta vie, mais pas assez

    Pour être acceptée, bien vue de cette chère société.

    Tu travaille dur, tu es loyale, droite et honnête

    Mais aucune de ces qualités ne te montent à la tête.

     

    Quand tout les autres prennent un repos estival,

    Toi, fidèle tu rends service. Tu garde la maison de ton prochain.

    Tu n'as pas vraiment le choix mais tu n'y vois pas grand mal

    Mais qui à son tour te tendra la main?


    Ma petite bohémienne idéaliste,

    Le monde malheureusement est une chose triste

     

    Etre serviable sans rien attendre en retour,

    Est un dot louable mais passablement lourd.

    Ecouter les plus chanceux sans cesse à toi se plaindre,

    Te rend méritante d'à ton tour ne pas geindre.

     

    Ma petite bohémienne naïve, candide et pure

    Dans tes yeux, le gris devient azur

    Ma jolie bohémienne, toi qui vis sans fard

    Qui reste simple, naturelle, les êtres comme toi sont rares.

    Qui ne serait pas envieux à ta place,

    Un train plus fasteux dans un somptueux palace?

    Ma gentille bohémienne, au coeur philosophe

    Je t'aime de ton mon être pour la sagesse que tu m'offres.

     

    Ma petite bohémienne, toi que j'ai créée tu guides mon coeur,

     

    Pour m'aider à apprécier les plus petits bonheurs.

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :