• Memento et constat des élections 2012

     

    Il me semble important de garder en mémoire pour la postérité le souvenir des campagnes présidentielles et de toute l'agitation qui les ont accompagnées.

    Je suis trop jeune pour avoir connu beaucoup d'élections. A l'arrivée de Mitterrand en 81 je n'étais pas encore née, mais de mes quelques souvenirs, aucune élections n'ont jamais suscité une telle prise de position au niveau des sentiments. Qu'il s'agisse des sympathisants du socialisme qui s'emballent un peu trop, ou des déçus qui écument, pour certains qui explosent, que de trop vives réactions! Car après tout, les élections suivent un processus établi au niveau de la démocratie, que l'on apprécie ou non leur aboutissement, chacun est tenu de respecter le choix démocratique.

    Beaucoup de choses m'ont choquées pendant les élections: la virulence des réactions des "anti" et des "pro" (qu'ils soient pour Hollande ou Sarkozy), le niveau "cours de récréation" du débat ou plus exactement l"absence de débat. Non, on ne discute pas, on s'insulte, on insulte qui n'est pas d'accord (c'est OBLIGATOIREMENT un con puisqu'il ne pense pas comme moi!), on se condamne sans autre forme de procès, sans écoute, très souvent sans même chercher à discuter.

    Memento et constat des élections 2012


    Nous sommes passé d'un pays qui inspirait le respect et la distinction à un grand n'importe quoi où chacun crie plus fort que l'autre, persuadé de détenir la vérité. Ironiquement, l'anarchie serait moins chaotique que notre actuelle démocratie.

    D'où vient cette peur de la gauche ? D'où vient l'extrémisme de l'UMP qui à la base tablait sur des plans plus modérés ?

    Le FN au milieu de tout cela jubile de toute ses dents : la césure, la peur et la désinformation font grimper en flèche les capacités du FN. La Grèce a récemment vu arriver en son parlement un parti néo-nazi. Combien de temps faudra t-il pour que la France dans sa folie ignorante et orgueilleuse suive le même mouvement ? Si le Front National ne compte peut-être pas que des extrémistes comme certains se sont évertués à le plaider -je ne demande qu'à les croire-, leur porte-bannière en revanche exhale la haine, la passion, la déraison. Le parfait cocktail pour un état totalitaire, sans libertés, sans espoir.

    J'en appelle à la tolérance du peuple de France, j'en appelle à vos esprits et à vos cœurs : Quelles idées méritent donc une telle violence ? Brassens chantait « mourir pour des idées, d'accord mais de mort lente ». Prudence !

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :