• Prenez ma nouvelle adresse...

    Ce hall de gare pavoisé de rouges à lèvres et de hasards
    Où bat le cœur des banlieusards plein de sanglots et de baisers
    N’aura jamais su me griser
    Ce hall de gare pavoisé de solitudes plein tarif
    Et de marques d’apéritifs et de bonheurs synthétisés
    Je m’en suis désapprivoisé

    {Refrain:}
    Prenez ma nouvelle adresse
    Je vis dans le vent sucré des îles nacrées
    Et à ma nouvelle adresse
    Une fille s’amuse à rire de mes souvenirs

    Et ce boulot qui m’usait tant, qui me laissait tant épuisé
    Devant ma machine à fraiser que j’en suait l’eau et le sang
    N’aura jamais su me griser
    Et de ce patron si charmant et du banquet de fin d’année
    Et de médailles arrosées, et de mes copains militants
    Je m’en suis désapprivoisé

    {au Refrain}

    Les fins d’ mois les repas bâclés devant le match à la télé
    Les infos chloroformisées et les pubs de mousse à raser
    N’auront jamais su me griser
    De cet air de robot content, de cette course avec le temps
    De ces amours en pointillés qui mourraient avant d’être nées
    Je m’en suis désapprivoisé

    {au Refrain}

    Oui mes amis j’ai largué tout pour l’archipel des Tuamotu
    Où quel que soit le cours du franc on offre son poisson vivant
    Pour une poignée de riz blanc
    Mon copain Jacques a mis les bouts toutes voiles dehors et vent debout
    Il chante dans les Alizés quelques chansons dont le succès
    N’aura jamais su le griser

    Prenez sa nouvelle adresse
    Il vit dans le vent sucré des îles nacrées
    Et à sa nouvelle adresse
    Une fille s’amuse à rire de ses souvenirs

     

    Prenez ma nouvelle adresse...

     

    Eh oui, mon nid d'aigles sous les toits avait beau avoir son charme si particulier -je sais que je le regretterai-, il est temps pour moi de sceller mes cartons, de fermer mes valises et d'emménager doucement mais surement à ma nouvelle adresse. Oh, je pars trèèèèèèès loin vous savez! Au moins à 300 mètres!

    Eh oui, c'est que j'y tiens à ma Comté, ses deux jolies rivières où il fait bon se promener et musarder les chaudes journées d'été, ses vieux quartiers historiques où les pierres dorées donnent au médiéval un charme délicieux, ses petits commerces très actifs où on est toujours accueilli comme un ami qui revient et où on donne des nouvelles du petit dernier en allant acheter le journal ou le pain, ses habitants solidaires et dynamiques, souriants et bienveillants, ses nombreuses animations et encore plus foisonnantes associations, cette vie à la fois simple et tellement agréable, où chacun trouve sa place...

    Oui, j'aime cette ville, et mes valises ne se sont enflées que par un certain besoin de salubrité (certes, je regretterai mon petit nid sous les toits... Mais pas la pluie qui filtre du toit, ni le froid en hiver (merci les 8/10 degrés de moyenne) ni le sauna gratuit l'été... Pas de larmes non plus pour l'installation électrique défectueuse, ou les problèmes de plomberie. Pas d'état d'âme pour les trois étages sur lesquels charrier les courses!

    Et a ma nouvelle adresse, il y a des fenêtres et un chauffage, il y a un jardin en bas de l'immeuble, il y a tout les chats errants du quartier! A ma nouvelle adresse, il y a ces murs asymétriques dont je sais qu'ils seront durs à meubler, et dont j'adore pourtant le cachet. Il y a le calme d'une rue piétonne, et au delà des toits du quartier, la vue sur les collines.

    Le plus dur maintenant, c'est d'emménager!

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :