• Quand la toile s'enflamme, comment éteindre l'incendie? Ou un autre regard sur l'affaire du Bijoutier de Nice

    Ceci est encore un article sur un fait de société qui m'inquiète énormément. Il sera ici question du bijoutier de Nice qui, excédé par les cambriolages a tué un jeune braqueur de trois balles dans le dos alors qu'il prenait la fuite, le 11 septembre 2013.

    Le bijoutier niçois qui a abattu un cambrioleur qui venait de lui dérober des bijoux, mercredi 11 septembre à Nice (Alpes-Maritimes), a été mis en examen vendredi pour "homicide volontaire", a annoncé l'un de ses avocats. Stephan Turk a été assigné à résidence avec port d'un bracelet électronique, hors du département, dans un endroit tenu secret, a précisé Me Franck De Vita, qui s'est déclaré satisfait que son client ne soit pas placé en détention provisoire.

    [Extrait du journal Le Monde]

    Si chacun est libre de traiter l'information comme il l'entend (=> beaucoup partent du postulat "qu'aurais-je fait à la place du bijoutier"?), les réactions que sucite cette information tiennent très souvent du plus pur délire.

    Je l'avoue avec une certaine gêne, je ne me suis penchée sur cette histoire que tardivement, prise dans le travail, et ne suivant pas les informations télévisuelles par choix.

    Autour de moi, mes amis, ma famille, mes contacts parlaient du "bijoutier de Nice" et se rangeaient en deux clans: ceux qui lui donnaient raison -une effrayante proportion- et les autres.

    Inquiétée des passions réveillées dans ces débats, j'ai été ceuillir l'information sur Internet. Et là, stupeur! Un homme braqué sort une arme à feu et tire sur le voleur en fuite! Trois balles dans le dos d'un jeune paumé qui ne représentait plus une menace. Trois balles messieurs-dames! Cela ne tenait pas au réflexe et certainement pas à l'auto-défense !(depuis quand se défend t-on d'un homme en fuite?) Donc, quelle est l'excuse pour un tel acharnement?

    Naturellement, le braqueur est mort et le bijoutier a été inculpé d'homicide volontaire.

    Cette bien triste histoire aurait pu s'arrêter là, comme des milliers de faits-divers tout aussi sordides relatés chaque jours.

    Mais étrangement, le sort du bijoutier a suscité un énorme élan de compassion. Oui oui, de la compassion pour l'homme toujours en vie qui a prit la vie d'un autre, lorsque cet autre ne lui avait prit, lui, que des bien matériels pouvant être dédommagés.

    J'ai pris beaucoup de temps pour y penser, j'avoue même avoir pleuré.

    Sur le sort de notre pauvre humanité bien mal en point.

    Comment des milliers de personnes peuvent-elles à ce point avoir la critique légère, encenser et remercier un homme pour en avoir assassiné un autre, lui donner raison? Un meurtre en réponse à vol?

    Notre civilisation serait-elle à terre, sommes-nous redevenus des barbares mal dégrossis qui se rengorgent de la loi du Talion?

    Un ami a eu un discours qui m'a semblé très juste et d'un bon sens rassurant dans le chaos ambiant: "Quelque soient les motivations, un meurtre reste un crime, car la vie est sacrée".

    Nul besoin d'être croyant ou d'une confession particulière pour respecter la valeur de la vie et lui confier une certaine sacralité. Le simple fait qu'elle soit unique, éphémère et irremplaçable est en soi un motif à en prendre le plus grand soin. La vie est un cadeau incroyable que nous avons tous énormément de chance d'avoir reçu, car sur un plan scientifique, chaque existence est le produit d'un parfait hasard, et pour que nous soyons là, pour que nous soyons nous, ici, ainsi, il y avait une chance "pour" contre une infinité "contre".

    Et ce miracle, nous le traitons avec autant de légèreté?

    Le braqueur est mort, nul ne sait ce qu'il aurait pu devenir après avoir expié sa faute! Il aurait pu se ranger, prendre soin de sa famille, aider d'autres personnes... Tant de scénarii balayés... Définitivement.

    Alors il y a eu un ami pour me dire "Ben oui, y a deux camps, ceux qui pleurent sur le braqueur et ceux qui défendent le bijoutier, mais merde, le type a quand même BRAQUE une bijouterie avec un fusil à pompe!" pour conclure "la violence appelle la violence!"

    Mais justifier un crime par un autre n'est pas normal! Les commentaires dignes d'un "c'est lui qui a commencé!" n'ont pas leur place dans des bouches adultes censées être matures! A ce stade, ce n'est plus de la puérilité, c'est de la bêtise décomplexée!

    Alors on m'a dit "oui, mais le jeune avait déjà eu 14 interpellations pour délits divers" Et alors? Est-ce que cela justifie qu'un type sorte une arme et le tue sans autre forme de procès? On m'a dit "les prisons sont trop pleines, la Justice fait mal son boulot". Ah, et ça nous donne le droit de faire justice nous-même peut-être? Le résultat est celui de l'arroseur arrosé: combattre un crime par un crime ne fait pas disparaître la criminalité, au contraire.

    On ne traite pas de la vie de manière aussi cavalière. Car si l'on doit commencer ainsi, alors notre société est bel et bien en chute libre comme s'égosillent à le hurler tous les fanatiques de tout bords lorsqu'une évolution sociétale leur fait peur! Sauf qu'il ne s'agit dans le cas présent non pas d'évolution mais de régression.

    Certes, le braqueur n'avait pas à agir ainsi, mais le bijoutier non plus! Et "la violence appelle la violence" est extrêmement mal venu dans ce contexte! Car à ce compte-là, pourquoi ne pas envisager que la famille du braqueur ne venge sa mort sur la famille du bijoutier? Une vie pour une vie! Cela s'appelle des vendettas et c'est contraire à la Justice. C'est contraire à tout ce que je défends en tant que femme civilisée, à tout sens éthique, à toute valeur morale. La vengeance n'est pas la Justice. Et la "Justice individuelle" comme l'appelle le Front National non plus. La vengeance est un instinct primaire qui nous abaisse au dessous de l'animal. Car les animaux, eux ont une dignité.

    Cette affaire fait d'ailleurs le bonheur du FN qui congratule le "courageux" bijoutier! C'est vrai qu'il fallait une sacrée paire de cojones pour tirer sur un homme de dos...

    Je ne m'étendrai pas sur les tenants et aboutissants de cette histoire et du FN, cet article de Rue 89 le fera mieux que moi et je n'ai rien à y ajouter. Je me contenerai de dire que si c'est ce que le FN envisage comme Justice, et que par malheur il accède un jour au pouvoir, je ne ferai pas d'enfants dans ce pays, car je ne tiens pas à les voir mourir dans un duel au soleil... Ou dans une ruelle sombre pour la fierté mal placée d'un fou de la gâchette, ou parce qu'ils se trouvaient au mauvais endroit au mauvais moment.

    Mais je me demande en toute sincérité comment l'on peut féliciter un homme qui en tue un autre. Les discours tenus à ce sujet ont de quoi soulever le coeur des personnes qui ont encore un code moral. J'ose espérer que la plupart ne savent pas ce qu'ils disent, que ces horreurs sont motivées par l'ignorance, la bêtise, l'absence d'émancipation intellectuelle. Que les gens n'ont simplement pas réfléchi à ce qu'ils profèrent. Sincèrement, je l'espère.

    Car s'ils parlent en parfaite connaissance de cause, nous vivons une ère bien sombre...

    Par ailleurs, je suis interloquée que presque personne ne réagisse sur le rôle des armes à feu dans cette histoire. Que le braqueur ait pu s'en procurer est effarant, et qu'un commerçant en possède une sous son comptoir ne l'est pas moins! Doit-on craindre la prochaine fois que nous ferons des courses que notre épicier sorte un semi-automatique? Que le coiffeur affûte son raseoir? Que le banquier planque un fusil de chasse par peur des braquages? Qu'ils les sortent un jour où un désespéré les menacent pour la caisse? Et qu'un de ces commerçant bigleux loupe sa cible et touche la petite Marie, 14 ans, venue acheter le pain comme tout les jours, tombée là au mauvais endroit au mauvais moment? Ah ben tant pis, elle n'avait qu'à pas se trouver là! C'est une victime collatérale...

    Cela vous choque? Moi aussi. Mais ce genre de scénario aurait très bien pu se produire avec l'histoire du bijoutier de Nice. Il a tué un gamin qui a commis en comparaison une faute dérisoire, il aurait pu toucher n'importe qui...

    Tuer un homme pour un vol à mes yeux n'est pas différent de battre au sang un enfant qui a cassé un objet/s'est oublié sur lui/a fait une bêtise quelconque.

    Les armes en liberté, c'est cela aussi. Les armes en liberté, c'est des milliers d'accidents chaque années, et des centaine de milliers de meurtres parfaitement volontaires.

    Les armes en liberté, la détention d'armes, c'est un pas en arrière sur notre humanité. C'est la violence banalisée. Le meurtre tacitement autorisé si le type qui tient le fusil a "de bonnes raisons".

    Seigneur! existe-t -il une seule raison supérieure à la valeur de la vie?

    Quant à dire "il l'a mérité", c'est d'autant plus stupide qu'un mort ne retire pas de leçon de ses actes. ET dans la mesure où l'acte n'a pas valeur de "punition" (=peine qui est censée ramener un fautif dans le droit chemin) mais de "sentence", tous ceux qui répètent bêtement "il l'a mérité" ne valent pas mieux que le bourreau de ce pauvre diable...

    Il y aurait de nombreux examens de conscience à faire après cette affaire je pense... J'aimerais bien savoir si ceux qui avalisent cette exécution dorment bien la nuit. Et comment ils réagiraient si dans l'histoire c'était leur fils, leur frère, leur ami, leur enfant qui était mort, braqueur ou non...

    Différent? Non. Ce ne sont pas les actes d'une personne à un moment donné de son existence qui la définissent toute entière. Mais c'est ce que le jury populaire tend à croire. Avant d'être un braqueur, c'était une personne.

    Il aurait dû répondre de ses actes. Pas mourir.

    Comme dirait Kipling:

    "Si tu peux garder ton courage et ta tête

    Quand tous les autres la perdront"...

    Oui, il y a à apprendre, il y a des leçons à tirer de cette histoire. Mais ce ne sont pas celles que la masse a retenu.

    L'espèce humaine est un enfant qui a encore beaucoup à apprendre...

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :