• [Réflexion/blablabla]Ces adaptations qui piquent les yeux

    Voici un sujet qui ratisse assez large et qui ne met pas tout le monde d'accord: les adaptions cinématographiques.

    [Réflexion/blablabla]Ces adaptations qui piquent les yeux

    Je tiens à préciser en préambule que ceci est un avis issu d'une réflexion, elle-même issue d'une personne partiale, pas une parole d'Evangile. Je ne prétends pas avoir raison, loin s'en faut, j'exprime simplement mon opinion.

    Alors une adaptation cinématographique, c'est quoi?

    En substance, tout le monde le sait, il s'agit de la transposition à l'écran d'un œuvre littéraire/BD/autre. Et c'est un procédé qui a le don de provoquer simultanément l’excitation et la peur chez le fans de l'histoire originelle.

    Pourquoi?

    Parce que le cinéma a tendance à réécrire les histoires. Point sur lequel nous reviendrons.

    [Réflexion/blablabla]Ces adaptations qui piquent les yeux 

    *soupir*

    Du coup, pour les passionnés de la première heure, la transposition à l'écran de leurs œuvres préférées a quelque chose d'à la fois magique (qui n'a jamais rêvé de voir ses héros en chair et en os vivre leurs aventures sous ses yeux?) et de potentiellement "violent" avec l'histoire de base. L'exemple le plus probant restera toujours à mes yeux l'adaptation de l’œuvre de Tolkien Seigneur des Anneaux et Hobbit compris. Autant la première trilogie se mouchait avec les elfes (POURQUOI JACKSON POURQUOI TANT DE HAINE? RENDS MOI GALADRIEL, GLOFINDEL ET LES AUTRES ! Non, ce n'est pas Galadriel dans les films. Non.) et avec quelques points fort regrettables (appui monstre sur les guerres qui ne sont PAS le cœur des bouquins), autant dans l'ensemble, l'histoire était à peu près respectée. A peu près.

    Le Hobbit n'a pas eut cette chance puisque la fin d'un des personnages principaux a été carrément changée pour les besoins du film (en même temps vu tous les ajouts/raccords foireux pour en faire une préquelle au SDA, c'était prévisible gros COMME CA), que des persos qui ne sont même pas dans l'histoire de base se battent avec d'autres persos... qui ne sont pas non plus dans le bouquin. Ah, on me souffle dans l'oreillette que PJ n'ayant pas reçu l'accord pour les droits sur Silmarillion aurait éventuellement voulu ruser pour en utiliser des éléments sur Le Hobbit en arguant des besoins scénaristiques... Ouais, sauf que mon grand, tu n'étais pas obligé de faire trois films: un aurait suffi si tu avais respecté le bouquin.

    [Réflexion/blablabla]Ces adaptations qui piquent les yeux

    What?

    Et c'est là que nous y arrivons: ces adaptations qui piquent les yeux. Alors d'accord, visuellement, ces films sont superbes. Scénaristiquement... Il vaut mieux les envisager comme une réécriture en hommage à Tolkien qu'une adaptation quelconque.

    Ce qui amène à la question suivante "une adaptation doit-elle être fidèle à son œuvre de départ?" Une vaste question sur laquelle nous ne sommes pas tous d'accord.

    Mon avis là dessus étant celui-ci: un réalisateur peut à la limite prendre quelques libertés sur des détails annexes (les noms/nombres de personnages d'arrière-plan, certains détails physiques/vestimentaires des persos principaux, quelques petits rajouts/suppressions scénaristiques tant qu'ils restent discrets et ne dénaturent pas l’œuvre de base.) Dans l'absolu, à mes yeux, il faudrait que le film débute, se déroule globalement et se termine comme l’œuvre de départ, conditions sine qua non pour parler d'"adaptation". Dans le détail des péripéties, qu'il y ait de légères modifs qui respectent le pitch et ses grandes lignes, pourquoi pas, mais ça s'arrête là.

    Si un réalisateur tient réellement à utiliser un bouquin par exemple, en prendre les éléments principaux et les recompiler selon sa petite cuisine, ce n'est plus une adaptation. C'est une création librement inspirée de. Les plus tatillons me diront que je joue sur les mots, et pourtant cette nuance est importante, parce qu'aujourd'hui, on voit (et tolère) dans la mise à l'écran de différentes œuvres une marge de réécriture absolument délirante.

    [Réflexion/blablabla]Ces adaptations qui piquent les yeux

    eh oui, ça fait mal...

    Citons au passage "la Vie d'Adèle" librement inspirée de la BD "le bleu est une couleur chaude". En dehors de la couleur de cheveux d'Emma et son prénom, les deux œuvres n'ont quasiment aucun rapport. Clémentine, jeune fille plutôt sage et subtile est devenue Adèle, personnage tristement plat comparé à l'original, et du déroulement à la fin, le film n'a plus rien à voir avec la BD.

    Et pourtant, la plupart des gens y voient une adaptation.

    [Réflexion/blablabla]Ces adaptations qui piquent les yeux

    Quand on te dit que cette réécriture est "trop une bonne adaptation, sérieux"

    Alors certains me diront "ouiii mais une adaptation c'est pas forcément fidèle à la soupe de départ!" Oui, et c'est justement cette philosophie qui me dérange. Autant le travail de création reste à saluer dans le cas des films librement inspirés de, autant si les réalisateurs se sentent des désirs de création, qu'est-ce qui les empêchent de pondre des films originaux, avec un scénar original qui ne soit ni une énième suite d'une saga à succès (je ne vise absolument pas Starwars...) ni la réécriture plus ou moins malheureuse d'un livre populaire (coucou Harry Potter!).

    Mais accepter qu'une adaptation puisse prendre des largesses par rapport à un livre dont l'auteur aura peaufiné son sujet, qu'il aura travaillé, auquel il aura donné une âme, une identité propre a un côté peu glorieux à mes yeux. Ça me fait penser au gamin un peu grande gueule qui va faire équipe avec le premier de la classe pour un devoir, le laisser bosser et revendiquer derrière la moitié du mérite pour la bonne note du prof. Alors c'est effectivement ne pas faire grand cas de l'aspect créatif des adaptations, mais ont-elles besoin de créer? Est-ce moi qui n'ait simplement pas compris le principe d'adaptation? Dans ce cas, pourquoi y en a t-il certaines plutôt fidèles?

    Une fois encore, le réalisateur qui se sent l'envie de faire un film novateur avec des éléments sympas peut aussi choisir de s'entourer de scénaristes inventifs! Ce qui aurait le mérite de nous redonner des films aussi travaillés sur le fond que la mode actuelle les veut visuellement parfaits.

    En bref, le principe de l'adapation serait selon moi à revoir complètement afin de redéfinir où commencent et où s'arrêtent les libertés scénaristiques que peuvent s'offrir les réalisateurs.

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :