• [Réflexion]L'amour aujourd'hui?

    Suite à l'excellent coup médiatique qu'était la sortie de 50 shades pour la St Valentin (j'ai beau ne pas aimer du tout, je reconnais que c'est roué), et si on réfléchissait à cette question à la fois toute simple, et si complexe:

    c'est quoi l'amour?

    [Réflexion]L'amour?

    (fonctionne aussi pour fifty shades of Grey)

    Est-ce qu'on aime l'autre pour soi ou pour lui? La question et sa réponse peuvent (ou non) sembler évidents, toujours est-il que lorsqu'on me présente les deux personnages principaux d'E.L James comme un couple vivant une romance fantastique, j'ai des doutes sur la compréhension du mot "amour".

    Dans le livre, il est montré de manière explicite que le personnage de Grey veut tout contrôler dans la vie d'Ana (qui utilise de manière récurrente "contrôl-freak" pour le qualifier, du reste...). Si l'histoire était transposée dans la réalité, il y a de très fortes chances que le "happy end" ne soit pas au rendez-vous.

    Pourquoi?

    Parce que le livre confond "aimer" et "posséder".

    [Réflexion]L'amour?

    Et c'est une erreur communément admise. Grey veut Ana, (il fait tout pour l'obtenir, jusqu'à la harceler et faire tracer son téléphone, ce qui en plus d'être assez discutable moralement est parfaitement illégal), et dès qu'il l'a, il lui impose une nouvelle vie, où il régit absolument chaque instant et chaque détail, incluant son régime alimentaire, le choix de sa garde-robe et de son gynécologue pour sa contraception...

    Sans repartir sur un énième portait psychologique et une énième critique du bouquin, où se situe l'amour dans ce genre de comportement?

    Outre que la question reste entière, ce livre renvoie un message dangereux sous couvert de "fiction": "l'amour arrange tout et justifie n'importe quoi" (dans le cas de Grey, ça justifie notamment violence, viol, espionnage, harcèlement...) ou encore "si tu l'aime vraiment, il changera pour toi" (rien n'est moins sûr, c'est triste mais vrai).

    En lui-même, ce livre banalise un comportement abusif en lui donnant le ton et la couleur d'une histoire romantique. Et ça, c'est grave, parce que pour les lecteurs les plus influençables, ça peut faire des dégâts, parce que les violences conjugales font des morts chaque année. Parce qu'en le lisant, des victimes de pervers risquent de culpabiliser en se demandant ce qu'elles ont mal fait pour ne pas arriver au même résultat. Et il ne suffit pas de dire "c'est une fiction" pour le dédouaner, ce serait trop facile! Si James avait voulu faire une fiction, elle pouvait en faire une qui tienne la route (auquel cas, soit Grey aurait été différent, soit Ana aurait fini chez SOS femmes battues dans le meilleur des cas...). Mais idéaliser un pervers qui traite sa copine comme un bien dont il peut faire ce qu'il veut, c'était au départ une erreur de casting.

    Ces gens-là existent, et vivre à leurs côtés n'a rien d'une jolie romance toute rose!

    [Réflexion]L'amour aujourd'hui?

    [N.B: lorsque je parle de "pervers", je parle d'un état psychologique et non d'un comportement sexuel, ne pas associer avec "BDSM" afin d'éviter les amalgames. Merci :3 ]

     

    Aimer, c'est laisser l'autre libre. Libre de choisir, libre de partir, libre d'agir. Et parfois, c'est renoncer à lui. C'est la plus haute et la plus noble forme de sacrifice (une des plus courantes aussi je pense) qui soit, et c'est une véritable preuve d'amour: on fait passer l'autre avant soi.

    Et c'est normal. Tous les parents y font face un jour, lorsque leurs enfants doivent quitter le nid. Les parents qui retiennent malgré tout l'enfant en âge de partir, qui souhaite faire le grand saut le font avant tout pour eux, pas pour lui.

    Vouloir couper les ailes à une personne que l'on aime, ce n'est pas lui prouver son amour, c'est lui faire du mal. C'est aimer, certes, mais mal. Car oui, en amour, on peut aussi blesser l'autre.

    L'amour, ce n'est pas juste un sentiment qui réunit deux partenaires intimes, c'est une émotion qui touche l'ensemble du genre humain. Par le biais de nos familles, par celui de notre compagnon/compagne, par l'affection de nos amis... Autant de déclinaisons qui partent toutes d'une même racine: apprécier l'autre.

    Et c'est pour cela que j'ai tendance à bondir lorsqu'on me dit que 50 shades est une histoire d'amour: ce n'est pas une histoire d'amour, c'est une relation de possession. Et le message est biaisé au départ. Il n'y a que dans une fiction où, partant d'une base pareille on arrive à un "ils vécurent heureux le reste de leurs jours". On ne change pas les gens en étant gentil et patient. On peut les aider à montrer leurs qualités s'ils le décident, mais on ne change pas (et on ne "guérit" pas) une personne uniquement en l'aimant très fort.

    En étant gentil et patient, en donnant de l'amour, on peut soutenir l'autre. Mais s'il ne souhaite pas vivre autrement, rien n'y fera. (combien de couples le découvrent à leurs dépends et se séparent pour ce motif...) Par ailleurs, un caractère s'acquière en une vie, il ne se modifie pas en quelques mois (ou quelques années) juste pour faire plaisir à l'autre.

    On aime l'autre et on l'accepte pour ce qu'il est, ou on passe son chemin. Mais vouloir changer l'autre (espoir d'Ana pour Grey) est aussi discutable sur le principe (formatage selon un fantasme=> idéalisation, pas amour) qu'illusoire sur le résultat.

    On pourra dire que ce n'est "qu'un roman", ça ne dispense pas de bien faire les choses. Aurait-on apprécié Ronsard s'il s'était contenté d'un "j'te kiff, meuf"?

    Si on veut se prétendre écrivain, autant être à la hauteur de ses prétentions. Si on veut écrire une romance, autant maîtriser son sujet. Le fait que ce ne soit qu'un livre le signifie pas que la qualité soit sacrifiable à la fiction.

    [Réflexion]L'amour aujourd'hui?

    FICTION=>COHÉRENCE, ça y est, t'as compris, où j'recommence?

    Quitte à rêver d'amours romantiques, autant le faire avec de véritables idylles, des plus passionnées aux plus déchirantes, telles que Tristan et Yseult, ou encore Roméo et Juliette pour les grands classiques! Il y a tellement d'histoires poignantes et fébriles où les héros vivent une romance fabuleuse! Ils sont tout l'un pour l'autre, ils s'offrent tout l'un à l'autre. Ils ne cherchent pas à contrôler l'autre. Ni à le changer.

    C'est ça, l'amour.

     

    [Réflexion]L'amour?

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :