• [Reprise] Cinquante nuances de bon sens -Partie 2- Alerte

    Le voile blanc qui enveloppait son esprit se rompit doucement alors qu'une image se formait à ses yeux. Un décor inconnu prenait peu à peu consistance, une chambre luxueuse aux murs blancs. Ana se redressa en position assise pour remarquer qu'elle était en chemise d'homme, dans un somptueux lit deux places.

    Une bouffée de terreur l'envahit malgré l'arrivée d'une migraine relative à sa gueule de bois, et elle s'examina sous toutes les coutures.

    Elle était entière, c'était déjà ça... Mais on l'avait manifestement rhabillée dans son sommeil, et cherchant ses vêtements des yeux, elle glissa rapidement hors du lit.

    - Vous devriez vous reposer encore un peu fit une voix familière.

    Christian Grey entra dans son champ de vision, portant un plateau repas généreusement fourni. Ana fronça les sourcils.

    - Qu'est-ce qui s'est passé?

    - Une petite frappe vous a attaqué avec votre ami à la sortie du pub où vous faisiez la fête...

    Le ton de sa voix était réprobateur.

    Revivant mentalement la scène, elle frémit.

    - José?

    - Il va bien, il a été transporté dans la meilleure clinique de la ville. Il est hors de danger

    - Et moi...? Que fais-je ici? Comment m'avez-vous trouvée?

    - J'ai fait tracer votre numéro de téléphone.

    Pardon?

    - Il semble que j'ai bien fait ajouta t-il en remarquant l'expression interloquée de la femme qui machinalement avait ramené les pans de la chemise contre elle "Sans l'intervention de mes hommes, vous ne seriez plus là"

    Ana eut le vertige face au poids de cette révélation mais aussi au flot de questions qui l'accompagnaient.

    - Po... Pourquoi suis-je dans cette tenue? finit-elle par demander, écarlate

    - Vos vêtements étaient sales, vous étiez couverte de sang et vous aviez trouvé le bon goût de vous affaler dans une flaque d'eau.

    Ne décroisant pas les bras, elle sentit une chaleur désagréable l'envahir, celle de la honte, de la crainte, et d'une pudique retenue. Comprenant soudain l'origine du malaise, Christian ajouta.

    - Je ne vous ai pas touché si c'est ce qui vous inquiète.

    Encore heureux! souffla mentalement la jeune femme éprouvée.

    Comment avait-il pu faire tracer son téléphone? Et surtout, pourquoi? Elle réalisa soudain toute l'ampleur de cette révélation.

    - Vous aviez prévu de venir me chercher devina t-elle. Pourquoi?

    - Parce que je le peux répondit-il.

    Les yeux d'Ana s'étrécirent en une expression méfiante.

    - Et si je ne le voulais pas?

    - Je vous aurais amené à le vouloir. J'obtiens toujours ce que je veux.

    Mais quel culot!

    D'écarlate, Ana vira au cramoisi, mais non plus pour une quelconque question de pudeur. Elle était rouge de rage. Luttant contre le mal de tête, elle se leva, à la grande surprise de l'homme qui s'était assit près d'elle.

    - Que faites-vous? demanda t-il

    - Je m'en vais répondit-elle en attrapant vivement ses vêtements. Cette phrase fit l'effet d'une gifle au milliardaire qui se leva d'un bond.

    - Est-ce toute la gratitude que vous avez à mon égard? Je vous ai sauvé la vie!

    - En prévoyant de me suivre partout? Merci de m'avoir sauvé, mais ça n'efface pas le fait que vous avez abusé de votre pouvoir pour y parvenir.

    Son cœur battait la chamade. Elle était en train d'éconduire Christian Grey, le meilleur parti des Etats-Unis, le célibataire le plus convoité de sa génération. Et cela lui coûtait. Elle ne pouvait nier qu'il l'attirait, son charme sauvage, sa beauté ténébreuse et envoûtante. Mais elle ne pouvait nier non plus l'alerte qui sonnait dans son esprit, la mettant en garde contre le danger de ce sombre personnage. Une sensation qui lui disait "Cet homme te fera du mal si tu lui laisse la moindre prise".

    Elle enfila rapidement son jean et acheva de boutonner la chemise. Elle lui renverrait ses vêtements dès que possible, pour l'heure elle voulait juste s'éloigner de lui, retrouver le calme nécessaire pour réfléchir, faire le point et dresser la part des choses.

    Grey la fixait, stupéfait. Il ne doit pas être habitué à ce qu'on lui tienne tête songea Ana en frissonnant lorsqu'elle vit la stupeur se muer en froide colère. Il se contenait manifestement à grand peine. Elle n'osait imaginer la teneur de ses pensées en ce instant et termina rapidement de rassembler ses affaires.

    - Donc vous partez? fit-il glacial

    - Oui enchérit-elle sur le même ton. Ça vous pose un problème?

    - L'ingratitude m'en pose toujours.

    - Je ne vous ai rien demandé, monsieur Grey, et je vous ai remercié pour ce que vous avez fait. Mais comme je vous l'ai dit, une bonne action n'en excuse pas une autre douteuse.

    Elle darda sur lui un regard perçant.

    - Si vous voulez me voir, cela doit se faire d'un commun d'accord, à des conditions consenties par l'un et l'autre. Rien ne vous donne le droit de me mettre sur écoute ou de me faire géolocaliser, que vous en ayez les moyens ou pas.

    Elle hésita à ajouter "soit vous jouez selon les règles, soit je ferai appel à l'arbitrage de la Justice", doutant que cette menace voilée ne soit bien compréhensible d'un comme comme Grey qui devait avoir une armée d'avocats prêts à défendre tous ses écarts de conduite.

    Le milliardaire face à elle semblait chercher à déterminer si elle était sérieuse, oscillant entre stupéfaction et rage froide. L'idée qu'il puisse lui en vouloir serrait le cœur d'Ana, mais l'angoissait plus encore. Elle ne pouvait nier avoir été tentée de céder à son charme, mais c'était la peur qui dominait malgré tout.

    S'il avait été capable de la mettre sur géolocalisation, que pouvait-il faire encore...?

    Préférant ne pas lui laisser le temps de trouver quelle réaction adopter, elle prit le chemin de la sortie à pas vifs, sans se retourner.

    [A suivre]

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :