• [RP]Un jour peut-être, Petit Scarabée, seras-tu digne de lever les yeux sur moi...

    D'habitude, mes coups de gueule portent sur des choses plus graves, cette fois je vais râler à propos d'un loisir: le RP.

    Dans le contexte, le rôleplay est mon oasis dans le désert, -ou ma lumière au bout du tunnel- après une grosse alternance boulot/cours. Il est donc important à mes yeux qu'il soit ludique, léger et relaxant.

    La plupart du temps, c'est le cas.

    Sauf pour cette anecdote.

    Inscription au début 2014 sur un forum de jeu occupé par une amie. Contexte bibliographique d'un univers et d'un auteur que j'aime beaucoup, une partenaire dans la place, je n'hésite que quelques jours -eut égard à un nombre déjà importants de RP en cours- et m'inscrit.

    Les réjouissances commencent avec la fiche. Pour les non-initiés, le jeu de rôles sur forum (affectueusement rebaptisé "RP" sous cette forme-là) requiert une fiche joueur que la personne remplit dès son inscription, et qui sert à la fois de laisser-passer pour évaluer la motivation et le niveau d'écriture/de maîtrise des règles et du contexte présenté, et à la fois de fiche identitaire pour être repéré par les autres joueurs. Selon les supports, sa taille et les informations demandées sont variables. Dans le cas qui nous intéresse, l'ensemble avait l'air facile.

    Notez bien "avait l'air"...

    Après un gros travail de rédaction sur lequel j'espérais me fendre d'un profil personnage intéressant, j'ai finalement brossé un portrait un peu complexe mais auquel j'avais ajouté pour justifier une faiblesse de mon personnage, un élément traumatisant et grave. Le genre de donnée que tout joueur averti dose avec le plus de parcimonie possible étant donné que leur excès est en général considéré comme une faille (couramment défini par "boulettisme"). Malgré mon hésitation, je finis par me dire que diluée dans l'histoire, l'ensemble passe plutôt correctement et poste. Et c'est là que ça devient drôle.

    L'admin me fait un premier retour de fiche. En général c'est assez courant, surtout concernant un "nouveau" qui manque un détail du contexte ou une subtilité de construction. Je m'attendais à beaucoup de choses... Mais pas à ça.

    L'admin m'explique que je ne peux pas appartenir à la caste que je briguais pour mon personnage -et accessoirement sur laquelle je l'ai complètement orienté- au motif que "dans les bouquins, ça ne se passe pas comme ça". Oui, évidemment, parce que copier-coller un livre ça s'appelle du plagiat, ça n'a rien de créatif... Bref, instant de flottement, et je lis la suite.

    L'admin refuse l'événement dur de mon perso en justifiant. "Je n'aime pas..." (Elle dira plus tard pour s'en défendre "ce n'est pas dans le contexte du livre", position rapidement abandonnée après que je lui cite deux précédents dans les romans que j'ai déjà lu)

    Euh... Stop'n'wait: De mon humble point d'ancienne et actuelle modo/admin sur de nombreux supports depuis plus d'une dizaine d'années, "je n'aime pas" n'est pas un motif de rejet. En général, un bon MJ va dire "ceci ne cadre pas avec le contexte" ou "peux-tu expliquer comment ton personnage en est arrivé à cette situation", des choses comme ça... Or, même si l'élément pouvait être déplaisant, il s'inscrivait dans la logique de l'histoire de ce perso... Sur ce point, l'admin y reviendra, appuyant que deux de ses collègues n'aiment pas non plus, mais que dans sa grande mansuétude, elle consent à ce que je le garde tel quel (notez combien elle est généreuse!).

    Ses critiques suivantes concernent des détails relativement inutiles du style "tu n'explique pas comment ton perso à la fin doit se rendre d'un point A à un point B". Euhhh, ouais, peut-être parce que ce n'est pas encore arrivé et que ça devait être le point de départ du jeu...?

    Bref, après une validation LABORIEUSE pour des raisons qui me dépassent -et une première approche de l'admin la plus psycho-rigide qu'il m'est été donné de rencontrer en une dizaine d'années de jeu -ce qui n'est pas peu dire vu la concurrence de certaines perles!- j'acquiers mon droit d'entrée en jeu!

    Enfin, pas tout à fait.

    Car avant d'être joyeusement libérée de tout devoir à l'égard du staff, je dois encore prouver mon niveau (oui oui, au cas où j'aurais encore un peu de motivation coincée entre les dents) sur un sujet d'introduction et montrer ce que j'ai dans le ventre. Naturellement, le choix revient au staff et on m'ouvre un topic. Sans doutes est-il inutile de préciser qu'ELLE ouvre le topic (à ce stade, j'aurais très volontiers demandé à un autre membre de l'équipe, dont fait partie mon amie -faut suivre!- de s'en charger si j'en avais eut le droit. )

    Si l'épisode de la fiche (qui dans les faits était beaucoup plus long et beaucoup moins marrant que retranscrit ici) aurait pu en décourager plus d'un et avait un peu échaudé mon enthousiasme de départ, la palme du "si tu survis à ça tu es VRAIMENT à mettre au Champ D'Honneur des RPlayeurs" commence avec ce sujet:

    Si j'avais une idée définie de mon perso tout neuf, ma nouvelle copine s'est efforcée de la casser dès le départ en la plaçant dans une situation d'infériorité. Bon, la règle tacite étant "Numéro un, un admin/MJ a toujours raison", je laisse couler, m'adapte en songeant à la suite. La suite sera du même goût, son personnage couvert du prestige de l'héroïsme façon "beau ténébreux incontesté et super puissant", le mien, en dépit de son bon sens et de sa sagesse, confiné à la place de la "gamine inexpérimentée qui n'a pas compris la vie". Et en dépit de tous mes efforts, les choses resteront en l'état pendant trois mois (le jeu sur forum est à dimension lente). Lasse de ne pas pouvoir m'extraire de ce sujet qui est clairement une corvée comme je n'en avais jamais connu avant, je décide récemment d'accélérer la cadence pour être plus vite libérée.

    L'admin ne semble pas avoir comprit cette subtilité et a sans doutes prit mon zèle pour une motivation nouvelle, en rajoute aux chapitres. Et si encore elle le faisait bien...

    Je me rends compte en l'espace de quelques temps que son influence corrode le peu d'assurance et d'estime que j'ai pour mon jeu (qui dans le contexte de ce sujet est FORCEMENT merdique puisque le sien est FORCEMENT parfait!). Ça commence à me ronger malgré les suggestions de prise de distance par mon amie. C'est pour elle que je m'accroche, je continue à jouer, espère que tout se tassera rapidement... Et constate avec une certaine affliction que l'admin a l'air de se complaire dans l'art de faire traîner les choses...

    Si mon affection pour mon jeu est en baisse, cela ne m'empêche pas de relever les failles du sien, et de commencer un bras de fer un peu malsain: pas de contestation ouverte de ses bêtises, mais une rectification systématique dans mes interventions pour rétablir les faits. Ce qui veut dire "prendre le contre-pied total de ses interventions neuf fois sur dix." Ce n'est pas malin, mais c'est viscéral.

    Est-ce qu'elle s'amuse de la situation ou qu'elle veut le dernier mot, cela semble -pour mon malheur- l'inspirer beaucoup, y compris (surtout?) dans l'art du n'importe quoi. Elle ne repère pas les amorces évidentes que je sème en espérant diversifier le jeu, continue d'aller dans son sens à elle uniquement (linéaire et sans grande originalité qui donne au RP un aspect lent et répétitif plutôt lourd). Seules SES interventions comptent. Elle me place dans une situation où ma seule alternative requiert que je manipule un personnage non jouable, ce que je fais. Une fois. Une seconde fois, pour faire transition, j'utilise un autre PNJ sur une action à la fois courte et simple (poser une main sur l'épaule de quelqu'un, lui transmettre un message). S'en suit un message privé m'informant que, étant en cours d'évaluation en jeu, je n'ai absolument pas le droit de manipuler les PNJ... Hem... Cette règle se justifie pour ceux qui font n'importe quoi, et encore! C'est la première fois que je vois ça...

    Les MP émaillent notre jeu, me disant au mot près ce que j'ai le droit d'écrire/faire, ou pas, et dans quel sens j'ai le droit d'aller. La plupart du temps plus répressifs que constructifs. Le rôleplay étant un loisir où il y a peu de règles, je suis sidérée de cette position. Mon amie m'apprend que cette situation trouve écho dans toutes les actions masterisées du forum, où le schéma se répète, l'admin se faisant mousser au détriment des joueurs qui doivent écrire exactement ce qu'elle attend... Si ça ne va pas dans son sens, c'est nul et ça ne vaut rien.

    De quoi passer d'abasourdie à dégoûtée. Assez mesquinement, j'en viens à souhaiter une nouvelle mort de leur espace de jeu -déjà ressuscité une première fois- afin que quelqu'un de plus apte (c'est pas dur à ce niveau...) reprenne le flambeau. Compte tenu des deux modératrices supplémentaires, les candidatures ne seraient pas un problème...

    J'ai compris qu'il y avait un soucis avec ce jeu quand je me suis rendue compte que je traînais plus les pieds encore que pour travailler, et que je vivais ce sujet d'introduction comme une parfaite corvée, un mal nécessaire, sans plaisir aucun, voir avec une certaine dose de stress et d'énervement.

    Le bon côté des choses, c'est que cette admin (je refuse de la considérer comme une MJ, ce qu'elle n'est pas) m'a fait relativiser mes propres compétences de modératrice sur d'autres fora, et rectifier mon attitude vers un peu plus de souplesse.

    Elle est exactement tout ce que je ne veux pas devenir...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :