• [Série] Doctor Who, le final de la saison 8

    Avant toute chose, ce billet est rédigé par une whovian, non par une scénariste/réalisatrice ou quiconque ayant la prétention de s'autoproclamer à ce niveau. Il est d'autant plus subjectif qu'à ma grande honte (et pour diverses raisons) il me manque certains épisodes pour un billet d'humeur sur la totalité de la saison 8. Mais il y a beaucoup à dire sur le final, mais que du bien hélas, mais pas que du mal non plus...

     

    [Série] Doctor Who, le final de la saison 8

    ... Amis lecteurs et whovians éventuels qui passez par là, cet article va contenir des spoilers, aussi, si vous n'avez pas encore regardé le double-épisode de fin de la saison 8 et que vous tenez à vivre l'intrigue par vous-même, filez vite sur un bon site de streaming remédier à cette lacune, ou revenez un peu plus tard ;)

     

    Bon, si vous avez décidé de continuer à lire, c'est à vos risques et périls! ;)

    Alors, ce final de saison...

    ... L'idée de base était audacieuse, mais quelque chose me gêne profondément dans cette quête de partir défier la mort: si depuis tout ce temps la mort est une dimension accessible au Tardis, et s'il est possible de dialoguer, voir de ramener une personne décédée à la vie, comment se fait-il vu le parcours du Docteur qu'à aucun moment en plus de 900 ans, il n'ait recours à ce moyen?

    Avoir fait de l'au-delà et de la mort un univers à part entière où les vivants (ou au moins les timelords) peuvent aller et venir à leur guise -voir qu'ils peuvent influencer et reforger- en affaiblit l'aspect inéluctable: la mort n'est plus une séparation définitive ni même une fin. Et par cet angle scénaristique, ce sont toutes les saisons antérieures qui sont contredites, sur l'aspect dramatique des pertes qui jonchent le parcours du Docteur. N'aurait-il pas pu sauver la belle Astrid dans l'épisode de Noël sur le Titanic? Ou les jeunes qui ont été dévorés dans L.I.N.D.A? Ou encore les colons sur Mars? POURQUOI ne pas avoir ramené RiverSong, l'amour de sa vie? Et ainsi de suite... La question est d'autant plus dérangeante que la liste des candidats est longue: si la Docteur peut apprivoiser la mort, cela remet trop de choses en question...

    Pour continuer dans les points négatifs, les cybermen, qui sont parmi les "méchants" les plus emblématiques de la série subissent une mutation des plus étranges (et je ne fais pas ici allusion à leur nouvelle capacité à voler): ils peuvent tous outrepasser le Programme. Or, ce qui définissait réellement les cybermen était justement cette application froide et mathématique des ordres de leur cyber-commandant. En un épisode, Moffat a balayé tout ce que les différents scénaristes (dont lui, sauf erreur) ont mit en place sur ces créatures. Les cybermen sont soudain capables de sentiments et de libre-arbitre malgré leur inhibiteur... Une position qui les rend soudain terriblement moins dangereux et qui casse un peu le mythe d'une des plus grandes menaces de l'univers de la série...

    Autant la thématique du bon Dalek dans "Into the Dalek" était justement bien menée car il s'agissait d'un cas isolé avec une explication de cette modification radicale, autant dans le cas des cybermen... Rien n'est expliqué.

    La chronologie des événements: Quand Missy crée son univers perso pour faire des morts une armée de cybermen, elle explique avoir récupéré les morts récents. Passant sur les questions les plus évidentes (comment a t-elle pu supplanter le précédent au-delà? Personne pour l'en empêcher? -ce qui ramène les timelords au rang de Dieux et c'est assez perturbant...), celle que je me pose est "récent depuis quand?" Des semaines? Des mois? Des années? Danny Pink qui était soldat avant d'être prof de sport retrouve une victime de ses missions. Mais depuis quand ce petit garçon est-il mort?

    Le vide musical de ces deux épisodes: C'est un point subsidiaire, mais qui a son importance: une grande partie du succès de la série revient aux thèmes orchestraux magistraux de l'excellent Murray Gold. La plupart des fans peuvent citer des extraits emblématiques pour leurs musiques (Doomsday, Gallifrey our childhood, our home, Silence in the library etc...) A chaque épisode, Gold a su donner une signature musicale particulière qui complétait la dimension épique, dramatique ou amusante de la scène.

    Les épisodes 11-12 sont étonnamment vides. Seule Missy semble avoir un thème (et il est plutôt timide), même celui de Clara ressort très peu. Quant au Docteur, son thème personnel -s'il en a un sur cette saison- semble carrément être passé à la trappe. Un petit détail, mais qui peut faire une grosse différence...

    Les incohérences: il y en a malheureusement beaucoup (utiliser un sonic sur une porte en bois et la voir s'ouvrir, parler de paradoxes à la requête de Clara mais oublier que dans l'épisode de la Pandorica, Onze a fait bien pire sans rien générer de ce côté-là...). Sur ce plan, Moffat casse un peu les codes mis en place par ses prédécesseurs, mais ce n'est pas nouveau... (dans la saison 7, épisode Angels takes Manhattan, les anges peuvent se voir les uns les autres, alors que dans l'épisode "Blink", c'est précisément le fait de croiser leurs regards qui les neutralise...) Ce qui ne veut pas dire que ce n'est pas dommage...

    Alors bon, le but de ce billet n'est pas non plus de tirer sur l'ambulance: Moffat a quelques bonnes idées, il a l'audace de poser de nouveaux défis, il explore des thématiques encore peu utilisées. D'un point de vue visuel, les effets spéciaux sont bien léchés et bien gérés, l'ensemble est plutôt joli à regarder...

    ... Mais l'âme de la série en a tout de même pris un coup.

    Il manque à ce Douzième Docteur un petit quelque chose, un détail, un étincelle pour être absolument éblouissant (personnage sous-exploité?) malgré l'excellent jeu d'acteur de Capaldi. Clara pour sa part n'a pas eue selon moi le final qu'elle méritait et le personnage a perdu un peu en panache et en verve insolente sur la deuxième partie de l'épisode, malgré une fois encore l'excellence de l'actrice...

    Le mot de la fin: Il y avait beaucoup de potentiel sur cette fin, peut-être pas exploré de la meilleure des manières et c'est dommage :/ La série a perdu quelque chose sur ce final.

    (Encore une fois, ceci est l'avis d'une fan, et être fan c'est parfois aussi être critique et ne pas adhérer à une signature simplement pour le principe, et quelque soit le contenu.

    Cette critique n'est pas une critique de pro, donc si vous avez des avis différents/complémentaires, quelque chose à ajouter ou à rectifier, n'hésitez pas à intervenir en commentaires! ;) Have a nice day! )

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    maurice
    Lundi 24 Novembre 2014 à 10:31

    enfin une personne d'accord avec mon point de vu cette saison je l'ai trouvé extrêmement médiocre.


     


    Et ont risque d'avoir un Docteur féminin vu le changement du maître ça devient vraiment ridicule j'espère franchement qu'ils vont recommencer le même thème de la saison 7 et 6 qui est selon moi le meilleur.

    2
    Lundi 24 Novembre 2014 à 11:40

    Le concept de la régénération du Maître n'était pas mauvais, mais il a été très mal mené et Missy n'arrive pas à la cheville du personnage de base. Elle est folle, mais sans cohérence alors que Le Maître avait sa propre logique, et qu'il avait le charisme d'un antagoniste puissant et dangereux. Il menait des actions qui avaient du sens, et qui étaient assez impressionnantes. Avoir voulu le faire jouer avec un concept aussi abstrait que la mort était fumeux au départ. Et pourquoi les Cybermen s'associent avec lui? Un cyberman, ça suit le programme. Le programme qui dit que toute créature vivante doit être effacée et reprogrammée. pas d'alliance, pas de libre-arbitre, juste le Programme.

    Je ne pense pas que l'échec de l'introduction de Missy ait trait au fait qu'il s'agisse d'une femme, mais plutôt à la manière dont le scénario a été travaillé (d'autant que la précédente incarnation était très populaire, ce qui plaçait la barre très haut). Idem pour un éventuel Docteur femme: très bien fait, pourquoi pas? C'est un pari audacieux qu'un génie pourrait relever. Mais pour réussir ce pari, il faut assurer derrière... Et je n'ai pas l'impression que l'équipe en gestion actuelle de la série en soit capable...

    Ce qui a été fait de Douze était déjà très décevant selon moi...

    3
    maurice
    Lundi 24 Novembre 2014 à 13:08

    Je suis d'accord avec toi sur tout même si je suis contre que le Docteur devienne une fille ça me gène énormément nous sommes entrain de tomber dans du politiquement correct.  

    4
    Lundi 24 Novembre 2014 à 13:18

    Je ne sais pas si c'est une histoire de politiquement correct: le Docteur a été tellement de choses en 50 ans qu'être une femme n'est finalement ni meilleur ni pire qu'autre chose, c'est simplement une variante possible... Quand il se régénère, il ne sait jamais en quoi il va se retrouver, et plusieurs allusions au cours de la série laissent entendre qu'il est tout à fait possible qu'il se régénère en femme, même si ce n'est jamais arrivé. Mais c'est comme tout, il faut que ce soit bien amené, de manière crédible, expliquée, et suffisamment bien géré pour qu'on retrouve le Docteur quoi qu'il arrive dans toutes ses incarnations.

    Honnêtement, je préfère de loin voir le Docteur en femme version Donna Noble (Docteur-Donna) qu'en ce qu'il est devenu dans la saison 8...

    5
    maurice
    Lundi 24 Novembre 2014 à 13:30

    c'est pas faux 

    6
    maurice
    Lundi 24 Novembre 2014 à 13:32

    bref en tout cas tu as un très joli site internet, je le rajoute direct dans mes favoris 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :