• [Société]Pourquoi l'éducation sexuelle est indispensable

    Il y a quelques jours, les médias ont rapporté une information tristement ordinaire à propos des élèves du collège Montaigne: des garçons de 10 et 11 ans ont peloté des filles après avoir suivi des films pornographiques sur leurs smartphones.

    Là où beaucoup se sont essentiellement attachés à la présence de smartphone dans la poche de gamins de 11 ans, ou ont tentés de banaliser l'histoire d'un "jeu de touche-pipi ordinaire", le fond du problème vient du fait que les filles concernées n'étaient pas d'accord!

    Que ces jeunes gens aient commencé à ressentir les premiers émois de leurs hormones qui tout doucement les transforment de petits garçons à autre chose (jeunes pré-ados), c'est une chose. Les filles de leur côtés à cet âge observent aussi certains changements.

    Mais ça n'excuse en rien le fait que ces gamins aient touché des filles sans leur accord.

    Ce qui est d'une ironie assez amusante, c'est qu'en même temps que cette info, j'ai vu déterré certains dossiers de la Manif-pour-pas-grand-monde, vous savez ce mouvement sectaire qui se revendique "pour tous" (mais pas pour les monoparentaux, ni pour les familles intergénérationnelles, ni pour les fratries tutélaires, ni pour les célibataires adoptants et bien entendu, puisque c'était le cœur de leurs objections, pas pour les foyers homoparentaux! Pour "tous" on vous dit!), disant que leur sous-groupe "Vigi-gender" traque des bouquins de l’Éducation Nationale jugé "dgendeur" pour résumer.

    N'empêche que si la Manip, pardon, la Manif mettait autant d'ardeur à faire l'éducation sexuelle des jeunes en début de puberté qu'elle n'en met à traquer des ouvrages supposément subversifs en arguant au complot ailegébégé, ce genre d'affaires serait probablement en voie de régression.

    Non parce que ces gamins ont bien conscience que leur corps change, ça ne leur a pas échappé qu'il se passait des trucs en eux! Ils ont été cherché des pornos pour mieux comprendre, c'est peut-être parce qu'il n'y avait pas assez d'éducation sexuelle adapté à leur âge et aux questions qu'ils se posent!

    Ah, et interdire les smartphones en pensant que ça va les arrêter dans leur quête d'explication, c'est gentiment naïf... Un gamin qui veut comprendre s'en donne les moyens, ne vous en faites pas.

    Le problème, c'est que le porno est une très mauvaise réponse à leurs interrogations, il ne transcrit absolument pas la réalité, ni la situation qu'ils peuvent rencontrer à cet âge (toutes les étonnants changements qui font le préambule de la puberté, laquelle survient en moyenne autour de 13/14 ans). Donc non seulement cette histoire ne leur aura probablement pas appris grand-chose (si: toucher des filles sans leur avis, c'est mal et on est punis. Et c'est déjà une bonne chose même si ce n'est pas suffisant), ils en restent avec une image complètement faussée des rapports amoureux, et même de l'anatomie masculine et féminine (d'intéressants dossiers expliquent en quoi l'esthétique des pornos ne reflètent pas du tout le physique de monsieur/madame tout le monde).

    Ce qu'il aurait fallu faire? Éduquer! En premier lieu en famille quand Louis-Kévin demande à papa et maman comment on fait les bébés par exemple. A l'école aussi, en tenant compte que beaucoup de foyers (dont certainement une bonne partie de ceux qui suivent Vigi-djeundeur) préféreront éviter cette question délicate de peur d'estropier la si précieuse innocence de leur tête blonde... Sans voir que ladite innocence en a déjà un sévère coup dans l'aile vu que le gamin se rend bien compte que certaines choses changent!

    Vous ne voulez pas que l'école républicaine enseigne à vos enfants les mystères de l'éducation sexuelle? Alors assumez et faites-le vous même! Faites-le en gardant à l'esprit que votre gamin en a besoin puisqu'il cherche des réponses, qu'il n'en ressortira pas souillé, mais apte à mieux comprendre et appréhender son entrée dans l'adolescence. Faites-le en vous disant que vous lui donnez des clés de compréhension et de conduite pour lui permettre, plus tard, lorsqu'il sera en âge de sauter le pas, de le faire dans le respect, que ce soit à son égard ou celui de son/sa partenaire.

    Faites-le en insistant sur l'importance primordiale de la notion de consentement, en expliquant qu'aucun rapport ne peut se faire sans l'accord des deux partis. Et peut-être, je dis bien peut-être que vous parviendrez à faire reculer la culture du viol.

    Mais laisser des enfants qui s'interrogent sur leurs émois et sur la sexualité dans le flou, dans le silence ou dans le tabou, c'est le meilleur moyen de voir ce genre d'affaire rééditée!

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :