• Stances à un ami

    Pas vraiment un frère, mais un ami sincère,
    Tu es un rayon de soleil dans l’éternelle brume,
    Tes rires et tes joies effacent tout sentiment amer,
    Poète qui préfère aux mots les anciennes runes.

    Je sais que tu es là lorsque j’ai de la peine,
    Ou lorsque je perds entièrement la foi,
    Tu es là et tu me protèges de ma propre haine,
    Personne ici bas n’est plus noble que toi.

    Tu sais que je suis là, si le destin t’est pénible,
    Pas vraiment une sœur, mais une amie franche,
    Et si de mes mains je peux changer la vieille bible,
    Sera pour des moments les plus noirs faire colombes blanches.

    A la Fileuse du Temps j’ai longuement demandé,
    De retenir quelques bribes précieuses passées avec toi,
    Minuscules et merveilleux instants d’éternité,
    Pour les garder en mon cœur mais je n’ai pas ce droit.

    Alors, comme piégés dans l’ambre, je les ai emprisonnés
    Et les conservent secrètement loin de tout regards,
    Les moments passés avec un ami, pas vraiment une parenté,
    Pour qu’ils m’éclairent jusque dans les instants les plus noirs.

    A toi, mon ami, peut-être un jour mon frère, mais mon ami,
    A toi, je voulais dire : pour tout ce que tu as fais : merci.

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :