• (starwars) Les chroniques de Solstys

    Les péchés d'une mère (Partie I)


    Lushia restait plantée dans le halo d'un éclairage extérieur, les bras en croix, serrant contre elle ses vêtements provocateurs aux couleurs criardes. Elle avait beau ne plus être une jeunesse, elle demeurait d'un certain attrait et n'avait pas envisagé même un instant de changer de vie... Pestant contre la nuit grandissante, elle attendait dans le spacioport de Nar Shadda.

    Une forme se découpa au bout de la rue, contrastant avec la faune locale par la régularité lente et gracieuse de ses mouvements. Sans répondre aux quolibets et aux invitations malsaines qu'elle suscitait sur son passage, Solstys rejoignit sa mère.

    - Eh bien on peut dire que tu n'es pas devenue moins empotée en grandissant toi! Quelle idée d'attendre la nuit pour se retrouver dans ce coupe-jarret!

    Dans le mépris des propos de Lushia, il y avait néanmoins un certain intérêt. Chez deux être ayant connu une vie normale, les retrouvailles d'une mère et d'une fille auraient été sujet à effusions. Mais ce n'était pas une famille ordinaire.
    Lushia détailla son enfant devenue adulte avec un œil expert, avançant une main que le temps commençait à parcheminer vers les formes attrayantes de sa progéniture.

    - Pourquoi tu perds ton temps avec ces sornettes de magiciens idéalistes, tu as de quoi gagner gros rien que de la façon dont tu es faite ma fille! Il suffitait que...

    - Ne m'appelle pas comme ça.

    - Pardon?

    La vieille Zélosienne hébétée ouvrit une bouche interloquée.

    - Ta fille, tu y a renoncé il y a longtemps Lushia. Viens en au fait: pourquoi es-tu là?

    Solstys, d'un naturel d'habitude si doux s'était fermée, et brutalement durcie. Aurait-elle frappé sa mère que cela n'aurait surprit aucun témoin de la scène. En échos à sa fille, la mère prit alors un visage implacable, laissant deviner une sourde colère. Pas question de jouer dans le mélodrame. Ce n'était pas le genre ni de l'une ni de l'autre.

    - Zelos II est sous domination d'un groupe de pilleurs... Y en a pas mal qui s'en mettent plein les poches avec toutes les croisades qui se trament... J'ai voulu partir, ça sentait mauvais pour mon commerce. L'ennui c'est qu'on m'a pas laissé filé tranquille... J'ai des foutres d'emmerdeurs aux trousses et j'ai vraiment pas besoin de ça ! Quand j'ai appris que tu étais ici, j'ai cru...

    - Que j'allais t'aider?

    Le regard d'habitude impassible de Solstys brûlait d'une flamme de dégoût. Elle repoussa brutalement Lushia.

    - Au nom de quoi ? Tu as déjà de la chance que j'accepte de te parler! Après ce que tu as fais c'est le comble!

    - Silence petite bâtarde!

    Lushia s'était radicalement métamorphosée. Son cri impérieux avait attiré les regards des badauds et coupé court à toutes conversations alentour. Il y eu un moment suspendu hors du temps. Solstys d'abord soufflée se reprit.

    - Si tu veux t'en sortir ici ou ailleurs, débrouilles toi Lushia. Je n'ai rien à t'offrir

    - Tu oublies un peu vite à qui tu dois la vie petite ingrate ! Répondit sèchement la vielle prostituée.

    Les Zélosiens. Une espèce que la galaxie tenait pour douce et pacifique, fait avéré en général... Des êtres purs vénérant le soleil et vivant de la douceur des jours... Face à un tableau pareil, le mythe tombait en morceaux. Elle se toisaient, de leurs regards immobiles et pénétrants, plus perçant que la plus effilées des lames, et il y avait fort à parier que dans ce duel silencieux, la perdante se relèverait difficilement. Ce fut Solstys qui rompit le silence.

    - Si je dois intervenir pour toi, ce sera au nom de mon ordre et des devoirs qui y sont liés, n'espère rien de plus Lushia. La vie que tu m'a donnée, tu l'a offerte à un autre contre une poignée d'argent. Ne viens pas réclamer ce qui ne t'appartient plus.

    La mère savourait sans dissimulation sa victoire présumée sur sa progéniture.

    - Que tu dis. Que ça te plaise ou non ma mignonne, je reste ta mère. Tu peux toujours cacher ta faiblesse derrière tes devoirs de prêtresse de la Force, mais tu n'aurais pas le cran nécessaire pour abandonner celle qui t'a mise au monde ! Tu as toujours été faible...

    - Ca suffit.

    Il y avait quelque chose d'effrayant chez Solstys à cet instant précis, quelque chose qui s'éloignait de la lumière qui émanait d'elle habituellement. Elle le sentait et refusait de sombrer. Pourtant, Lushia représentait tout ce contre quoi elle luttait, toutes ses faiblesses réunies et par devoir ou par conscience, elle ne pouvait l'ignorer. Son esprit s'ancra sur Jonas, reprenant peu à peu sa sérénité coutumière.

    - Je vais te donner une adresse où tu pourras séjourner le temps nécessaire pour te mettre à l'abri. Après cela, je veux que tu disparaisse de ma vie. Je crois que nous n'avons rien d'autre à nous dire.

    Lushia secoua la tête avec un sourire quelque peu malsain.

    - Que tu le veuille ou non, gamine, tu reviendras vers moi. Je sais que tu souffres de vivre sans attaches et que tu cherches ton père et je suis la seule qui puisse t'amener jusqu'à lui.

    Mais la jeune fille avait commencé à s'éloigner après avoir fourni un datapad programmé avec les coordonnées du Rancor's Inn à Lushia. Et sans un mot, dignement elle s'éloignait. Afin de survivre, afin de rester elle-même. Et de ne pas offrir à Lushia le plaisir de la vue d'une larme

     Les péchés d'une mère (Partie II)

    Il faisait plein jour. Lushia, juchée au plus près du ciel et de l'astre que son peuple vénérait, sur le balcon du dernier étage d'une tour observait le vide en silence.

    Un instant, elle revit Zelos II, Stabalar et Soll enfant qui courait derrière elle, maladroite. Elle ferma les yeux. Quelle ingrate cette gamine... A des années lumières d'imaginer la vie de misère que sa mère lui avait évité. Ou était-ce un nouveau mensonge à elle-même pour se donner bonne conscience? Après tout, Soll n'était que la première de la portée. Il lui restait quatre autres enfants si celle-ci lui refusait les droits les plus fondamentaux des liens du sang.

    Malgré le zénith de Nar Shadda, Lushia eut un vague-à-l'âme, ne pouvant tricher indéfiniment avec la réalité. Elle avait massacré ses enfants. Et de tous, Soll était la plus forte, celle qui avait réussi à tout dépasser, celle qui l'avait vaincue en devenant quelqu'un. Quelqu'un d'intègre, dotée d'une grande force de volonté et d'un pouvoir que Lushia pourrait toujours mépriser ou envier mais qu'elle ne posséderait jamais.

    Fallait-il qu'elle la trahisse à nouveau...

    Un zabrak ne tarda pas à rompre la solitude de la zélosienne, s'approchant d'elle, arme au poing, sûr de lui.

    - Alors Lushia Malana, où est ce que tu nous a promis? Ta vie nous appartient encore tant que tu ne nous offres pas une compensation supérieur ou équivalente...

    Il repoussa les longs cheveux châtains qui se parsemaient de quelques fils blancs pour caresser la nuque de sa proie avec un sourire mesquin. Lushia resta de marbre, détournant les yeux pour fixer dans la voir la ligne d'horizon, plus digne qu'elle ne l'avait jamais été dans sa vie de misère. Elle hésitait.

    - Tapiner tu sais déjà faire, mais si tu ne paie pas ton affranchissement, tu ne seras plus à ton compte tu peux me croire... Ma guilde n'est pas clémente et ne souffre pas les exceptions. Maintenant parles.

    Le zabrak perdait patience et pressa son arme contre la nuque découverte de la zélosienne. Un frisson courut à travers l'échine de cette dernière. La subite peur de mourir, d'affronter une vie de péchés pour lequelle elle devrait payer. Non! Elle refusait, quitte à s'endetter d'un péché surclassant tout les autres... Elle tira d'une besace à sa ceinture le datapad de Solstys où elle avait entré les coordonnées du lieu de vie de sa fille après plusieurs jours de recherches.

    - Tout est là. Elle est jeune mais forte, elle ne se laissera pas faire. Sa vie contre la mienne, c'est bien ce qui est convenu... A partir de maintenant je suis libre...

    Le zabrak s'empara de l'objet avec satisfaction, relâchant Lushia sans ménagements.

    - Tu as payé, tu es libre, femme. Vas et fais-toi oublier. Si nos chemins devaient se recroiser, cette transaction ne vaudrait rien.

    La zélosienne fit demi-tour et s'éloigna, fuyant plus sa honte et sa faiblesse que l'émissaire de la guilde... Elle ne pouvait rien faire d'autre... Non, vraiment rien d'autre... Mais face à une mauvaise conscience, aucun mensonge ne tient la route. Elle avait trahi Solstys, cette fois de la pire des manières. Il ne s'agissait plus d'un homme prêt à acheter une enfant pour l'éduquer, cette fois elle avait offert sa fille contre sa vie à une guilde de pillards effectuant du trafic qu'esclaves... Difficile de se regarder en face après cela... Il fallait qu'elle oublie. Oui oublier jusqu'à l'existence de Soll...

    Elle maudit sa propre lâcheté. Et elle disparut dans Nar Shadda.

    [center]*

    **[/center]

     

    Il ne fallut pas longtemps à la guilde des pillards pour se rendre au logement de Solstys. La jeune zélosienne absente, ils eurent l'avantage du terrain et se tapirent dans l'attente de son retour.

    Ce fut au crépuscule que la jedi revint à ses appartements. Un instant perturbée, elle marqua un arrêt sur le seuil et entra prudemment. Pas assez pour les cinq hommes qui guettaient son retour avec l'agacement de l'impatience. Elle repoussa le premier assaillant avec souplesse et une dextérité étonnante mais une lame vint lui caresser la gorge.

    - A ta place, je me rendrais sans histoires ma jolie... Même si tu pouvais nous vaincre, ce qui m'étonnerait, tu appartiens désormais à notre guilde et d'autres viendront avec moins d'indulgence... Sois gentille... Ce serait dommage d'abîmer un si beau visage...

    Ce disant, le zabrak rencontré par Lushia lui força à tourner le menton de son côté. Elle entre-aperçut à son épaule un écusson étrange. Quoique toujours sur la défensive, elle voulait en savoir plus et laisser parler ses attaquants pour comprendre ce dont il était question. Elle le regretta.

    - La vieille prostituée ne nous avait pas menti: tu as la fraîcheur et la fougue de la jeunesse... Pour peu que tu sois encore vierge, je connais pas mal de monde prêt à payer une petite fortune pour une fille de ta qualité!

    C'était donc cela... Lushia, une fois encore... Cette réalité la blessa plus profondément que n'importe quelle paroles des rustres qui la tenait en otage. Dire qu'elle avait osé croire un instant que sa mère avait changé... Refusant de se laisser aller au désespoir ou à la colère, elle réagit comme Jonas le lui avait enseigné. Avec la froideur et la précision de l'esprit. Elle saisit l'arme qui la tenait en garde et d'une prise habile retourna le poignet du zabrak, repoussant avec la Force trois des quatre compères qui se jetaient sur elle. Le quatrième profita de la distraction de la jedi pour lancer deux poignards qui l'effleurèrent. Leur but était encore de la capturer vivante, il essayait de ne pas l'abimer. Deux fines coulées de sang marquèrent les hanches de Solstys. Dans le même temps, submergée tant par le nombre que par le poids d'une telle attaque, la jeune jedi esquivait et répondait tant bien que mal. Elle n'était pas habituée à tuer mais elle sentait qu'elle y serait contrainte. Elle décida d'en finir avec le zabrak qui grondant de douleur ne retenait plus ses coups...

    La nuit tomba, reprenant à la zélosienne les faveurs du soleil...

    Le combat allait être rude...

    Le début du Jeu

    Dans la cache de Redcrow, la Zélosienne face à une fenêtre s'exposait à la lumière, l'esprit ailleurs.  A la clarté du jour, sa peau paraissait presque lumineuse, sa pâleur laiteuse reflétant la douce chaleur de la lumière de l'aurore. Elle n'avait pas prit la peine de s'habiller, gardant juste un drap sur les épaules. Son corps nu était marqué de plusieurs cicatrices qui ne disparaîtraient pas, mais la plus vivace et la plus mauvaise n'était pas physique. Elle resta ainsi, immobile, face au ciel vide de l'aube un temps indéfini. Son regard avait une tristesse qui ne le quittait plus depuis son altercation. La dernière trahison de Lushia ne passait pas et l'avait profondément transfigurée. Un instant, son regard contempla son reflet dans la vitre et l'image de sa mère s'y superposa dans son esprit. Pourrait-elle échapper à ce triste héritage et ne jamais lui ressembler... Pour le moment, elle se sentait profondément égoïste. C'était une première similitude...

    Elle chassa cette pensée de son esprit. Non, elle devait survivre, vivre. Mais pas pour elle, pas uniquement. Maintenant il y avait Therion, elle n'était plus seule... Elle piqua un fard en songeant à son compagnon, encore peu habituée à ses nouveaux sentiments.
    Et ses devoirs envers l'Ordre n'avaient pas changé, elle ne devait pas l'oublier. Elle se remémora la veille, lorsqu'elle était sortie pour joindre Jonas et lui faire un compte-rendu de la situation actuelle. L'Ordre ne tarderait pas à agir, il fallait l'espérer, contre la guilde de marchands d'esclaves. Du moins, elle savait que Jonas ferait tout pour cela.

    Elle s'était hasardée à retourner au Rancor'Inn dans l'espoir d'y trouver quelques renseignements. Et elle y avait trouvé Lenn...
    Son regard se durcit, non pas de colère mais de déception. Elle qui avait toujours pris cet homme pour une victime. Elle avait vu en lui un être blessé, un homme qui avait subi une perte et qui s'en était aigri. Si c'était peut-être le cas, elle s'était tout de même largement trompée.
    Elle qui avait éprouvé de la compassion pour lui en avait compris le fin mot sur un détail.
    C'était un menteur.
    Un menteur et un comédien. Ce genre de détails n'échappait pas facilement aux sens aiguisés et au regard perçant de la jeune femme. Il avait commit la seule faute d'agir en contradiction avec ce qu'il éprouvait réellement. Et un regard, aussi travaillé fut-il ne ment pas à qui sait l'étudier.
    Elle avait un moment espéré le ramener à la lumière... Mais ce n'était pas le genre d'homme qu'elle pouvait sauver.
    Elle repoussa son vague-à-l'âme. Elle ne pouvait pas aider tout le monde et encore moins quelqu'un qui n'y était pas disposé. Lushia en restait le parfait exemple. Pour l'instant elle avait une autre tâche plus importante.

    Elle songea à Adam San, un brave homme qui s'était montré des plus courtois avec elle. En tant que chasseur de Primes, il pourrait sans doutes lui fournir des renseignements, son réseau devait s'étendre sur Nar Shaddaa. Il fallait qu'elle retrouve les racines de la guilde qui tenait Zelos II en otage pour arriver à la démanteler. Mais sans appuis de poids, ce serait une entreprise dangereuse et elle ne voulait pas exposer Therion à une mission qui risquait d'être mortelle... La liste de leurs alliés sur cette planète n'était pas longue...

    Elle entendit Therion rentrer dans leur cache et attrapa ses vêtements pour s'habiller rapidement. Ils avaient beau savoir ce qu'ils représentaient l'un pour l'autre, ils n'étaient que des enfants l'un face à l'autre, encore intimidés. Lorsqu'il arriva dans la pièce, elle se tenait devant la fenêtre. Elle avait abandonné son style vestimentaire habituel pour une tenue plus conventionnelle mais moins disposée à laisser passer la lumière sur sa peau.

    - Alors ?

    Elle guettait la moindre information nouvelle qui aurait pu les faire avancer.

    - Pas grand-chose qui puisse nous aider plus, j'en ai peur.

    Redcrow s'assit et soupira. Elle alla le rejoindre.

    - J'ai du nouveau, Jonas a analysé le symbole. J'ai reçu les informations ce matin. Il s'agit de la guilde « Sigma »...

    Elle retraça le symbole sur la table.

    - Le nom n'était pas l'évidence même du fait que la lettre est doublée et inversée et rappelle plutôt un sablier... Le motif était difficile à comprendre.
    Pour ce que Jonas a pu trouver sur eux, ils se rapprochent du crime organisé mais agissent de manière autarcique, ils ne font que revendre à de plus gros ce qu'ils ont acquis. Je ne t'apprendrais rien en te disant que leur spécialité est le trafic et le commerce d'esclaves, plus rentable que de la marchandise inerte... Mais je crois qu'ils ont de la clientèle Hutt sur Nar Shaddaa... Ce qui explique qu'ils soient si nombreux. Lushia ne valait pas une vingtaine d'hommes pour elle seule, et moi non plus... C'est le nombre qu'on a pu recenser... Ils sont sans doutes plus nombreux encore...

    Le Nagai posa sur son épaule une main réconfortante.

    - Maintenant au moins, nous savons à qui nous avons affaire. Si le Conseil en est également informé, ce c'est qu'une question de temps avant le démantèlement de cette guilde.

    Solstys resta silencieuse, posant sa main sur celle de Therion. Ils avaient face à eux un adversaire de taille colossal, assez vaste pour mobiliser une planète... Mais la taille et la puissance ne vont pas forcément de pair et dans la liste des ennemis de l'Ordre, il y en avait des bien plus puissants et dangereux. Mais dans le cas présent ils avaient l'handicap du terrain et manquaient de temps...
    C'était le début d'une partie d'échecs de haute voltige et enfin, avec l'Ordre Jedi, ils pouvaient avancer leurs pions...


    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :